Actualité du dopage



Affaire Puerto : l'Agence mondiale antidopage taira les noms des onze sportifs identifiés


23/09/2019 - lequipe.fr

Treize ans après le début du scandale de dopage sanguin Puerto, onze sportifs ont été identifiés comme des clients du Docteur Fuentes. Mais l'AMA ne divulguera pas leur nom pour cause de prescription.

(...)

« Ouverte en 2006, l'enquête Puerto s'est achevée en août 2019. [...] Au total, onze sportifs (dix hommes et une femme) ont été identifiés comme clients du Docteur Fuentes. Toutefois, le délai de prescription de dix ans étant écoulé, les noms ne peuvent plus être rendus publics », écrit l'AMA dans son rapport annuel 2018, rendu public la semaine dernière, sans préciser si les sportifs sont en activité ou à la retraite.

200 poches de sang retrouvées en 2006

L'agence précise que « 215 échantillons de sportifs potentiels du Docteur Eufemiano Fuentes ont été comparés avec l'ADN extrait des poches de sang et des flacons de sérum saisis par les autorités espagnoles», que l'AMA n'avait pu récupérer qu'en 2016, après une longue bataille avec la justice espagnole.

Côté sportif, des dizaines de noms de coureurs ont été cités, certains ont avoué, et une poignée d'entre eux ont été suspendus à cause de l'affaire, dont l'Italien Ivan Basso, l'Allemand Jan Ullrich et l'Espagnol Alejandro Valverde, sacré champion du monde fin septembre 2018, à 38 ans. Ces deux derniers avaient déjà été confondus par leur ADN et l'AMA n'a pas précisé si elle les comptait dans les onze noms identifiés.

En novembre 2018, le chef des enquêteurs de l'AMA, Günter Younger, expliquait à l'AFP que 35 profils ADN avaient été identifiés dans les poches de sang. Les enquêteurs de l'agence ont cherché à comparer ces profils avec ceux d'échantillons de contrôles déjà stockés dans l'un des laboratoires antidopage accrédités par l'AMA.

En mai 2018, Günter Younger avait alors indiqué au comité exécutif de l'AMA que « sept sportifs avaient été identifiés », dont « quatre toujours actifs » et « trois à la retraite ». Les quatre en activité « ont été contrôlés entre novembre 2017 et avril 2018 », avec des résultats négatifs, disait-il.


Lire l'article en entier



Sur le même sujet


Cette page a été mise en ligne le 26/09/2019