Actualité du dopage



Les carabiniers italiens enquêtent sur Ivan Basso

21/09/2006 - Le Monde - Guillaume Prébois

Extraits

(...) Mercredi 20 septembre, les carabiniers de la brigade des stupéfiants (NAS) de Brescia, mandatés par Maria Cristina Rota, substitut du procureur du parquet de Bergame, ont perquisitionné (...) le domicile de la cousine d'Ivan Basso, vainqueur du Tour d'Italie 2006.

"Les écoutes téléphoniques dont nous disposons sont très compromettantes pour le coureur et sa parente", a expliqué au Monde un maréchal des carabiniers (...)".

Cet été, une rencontre au sommet des polices italienne et espagnole avait permis un premier échange d'informations et la synchronisation du travail d'investigation. "En réalité, nous sommes remontés à Basso indirectement, explique un gradé, en suivant un vaste trafic de produits dopants dans le monde du sport, en particulier dans les salles de musculation."

Ivan Basso, suspecté de figurer parmi les clients du laboratoire madrilène du docteur Eufemiano Fuentes (...) avait été écarté du Tour de France. Toutefois, au terme de sa première audition (...), Franco Cosenza, procureur du parquet antidopage du Comité olympique italien (Coni), semblait avoir l'intention de classer le dossier "par manque de preuves".

Ces derniers événements pourraient donc remettre en question la position devant la justice sportive d'Ivan Basso, qui nie toute implication. (...)

Au total, les carabiniers ont effectué trente-six perquisitions sur l'ensemble du territoire, au cours d'une opération baptisée Athena. Près de 100 000 fioles de produits, qui vont être analysés, ont été saisis.

D'autres cyclistes, amateurs et professionnels, ont été concernés par l'opération. Parmi eux, Luca Paolini, vainqueur d'étape sur le dernier Tour d'Espagne, qui doit participer dimanche au championnat du monde de cyclisme à Salzbourg (Autriche). Alerté par son épouse, il avait précipitamment quitté l'hôtel des coureurs italiens pour rejoindre son domicile et signer le procès verbal de la perquisition. "Les carabiniers n'ont rien trouvé chez moi, j'ignore le motif de leur venue", a déclaré le coureur. "La lecture des écoutes téléphoniques le concernant lui permettra de comprendre", assure un enquêteur.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 22/9/2006.