Actualité du dopage



Affaire Puerto : provisoirement classée

28/10/2006 - L'Equipe

Extraits

La Fédération espagnole de cyclisme (RFEC) vient de classer provisoirement l'affaire Puerto. Les poursuites disciplinaires contre les personnes mises en cause par la justice dans cette affaire, dont (...) Manolo Saiz, ont été pour l'instant abandonnées. Les éventuelles sanctions à l'encontre des nombreux coureurs espagnols cités dans cette affaire ont également été suspendues. (...)

La Fédération espagnole explique qu'elle a pris cette décision car le juge qui instruit l'affaire interdit pour l'instant à la justice sportive l'utilisation de documents qui pourraient permettre de sanctionner les coureurs impliqués. La fédération espagnole a en fait suivi la ligne donnée par le Comité national olympique italien qui a refusé de prendre de manière immédiate des sanctions contre (...) Ivan Basso. Ce dernier est donc logiquement de nouveau susceptible d'être engagé par une équipe.

En outre, la fédération espagnole précise n'avoir jamais suspendu les licences des coureurs cités (...) en respect de la présomption d'innocence. C'est le code éthique signé entre l'UCI et les équipes Pro-Tour qui a permis leur éviction. Ces équipes Pro-Tour ont par ailleurs confirmé s'être engagées à ne pas recruter un coureur impliqué dans cette affaire Puerto. Mais si cette affaire se retrouve dans l'impasse et classée... Des coureurs comme Ivan Basso et Jan Ullrich, peuvent (...) prétendre à retrouver une place dans le peloton. Il en est de même pour les 58 coureurs cités dans le dossier et on peut donc imaginer, selon ce que décideront les directeurs sportifs, de voir ces coureurs participer à des épreuves continentales.

Le classement, même de manière provisoire, de l'affaire Puerto, met de nouveau le monde du cyclisme dans l'embarras puisqu'il se retrouve avec des coureurs fortement soupçonnés mais contre lesquels aucune sanction ne peut être prise puisque, finalement, il n'y a même pas de dossier...

Cette décision de la justice espagnole a fortement contrarié le président de l'UCI Pat McQuaid. Ce dernier a affirmé que sur les 58 coureurs cités «12 à 14 étaient sérieusement impliqués». Les autorités espagnoles et italiennes sont pointées du doigt par McQuaid. «Pour être juste envers les autorités espagnoles, je dois dire qu'elles ont été très actives pour essayer de poursuivre l'enquête et elles ont contesté la décision du juge. Je suis plus déçu par les autorités italiennes. Mais j'en veux beaucoup aux autorités espagnoles. La police espagnole a découvert un réseau de dopage et son seul objectif était d'éliminer du sport des cyclistes qui trichent. Mais, en dépit des preuves, tout a été balayé par le juge espagnol», a ajouté l'Irlandais.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 29/10/2006.