Actualité du dopage



Lance Armstrong, un exemple de personnalité pathologique ?

30/10/2012 - cyclisme-dopage.com - Marc Kluszczynski

Si l'on admet que pour devenir un champion sportif, cela nécessite une certaine personnalité avec des traits de caractères bien définis, jamais un cycliste condamné dans une affaire de dopage n'avait eu un comportement comme celui de Lance Armstrong. Celui-ci a été très loin pour tenter de masquer la vérité : mensonge sous serment (dans le procès l'opposant à la société d'assurance SCA), fausses déclarations à la justice en 2000 et 2001 dans l'affaire de la découverte d'emballage d'Actovegin® sur le TdF. Le texan a même tenté d'obtenir de faux témoignages de la part du Dr Michele Ferrari, de ses coéquipiers Michael Barry et Paolo Salvodelli, attestant de l'absence de dopage systématique à l'US Postal afin d'entraver le travail de la justice ou de la ralentir en conseillant par exemple à Georges Hincapie en 2010 de rester en Europe afin de reporter la date de son témoignage devant la justice américaine. Le dictateur du peloton (et qui voulut en être le roi) ne se gênait pas pour intimider et agresser devant les caméras du TdF les témoins gênants tel Christophe Bassons en 1999 et Filippo Simeoni en 2004, ou Tyler Hamilton en 2011 qu'il croisa dans un restaurant d'Aspen (Colorado). Armstrong considérait comme attaque personnelle toute déclaration sur l'usage de produits dopants dans le cyclisme. Impulsif, il se lançait alors dans une campagne de représailles, allant jusqu'à menacer ceux qui avaient osé parler.

Chris Golis, psychiatre australien, n'hésite pas à qualifier le texan de psychopathe et sa personnalité de personnalité pathologique (1). La personnalité antisociale ou psychopathique est familière et très répandue dans la société (2 à 4 % des individus). Elle se caractérise par trois traits principaux(2). Le premier est la facilité à agir : l'action prend la place de la réflexion. Lance Armstrong avait manifestement l'impression que la vie était un jeu, avec ses vainqueurs et ses perdants. Il en était le vainqueur et cherchait à gagner le maximum d'argent (On peut se demander comment l'UCI ne s'est pas opposée au versement de la prime de SCA en cas de record de victoires sur le Tour). Le 2ème trait de cette personnalité est l'obsession de s'affirmer et d'arriver à tout prix. Toute relation avec un psychopathe se résume à l'intérêt qu'il peut en retirer. Les psychopathes sont des manipulateurs, ivres de puissance, et qui laissent de côté l'éthique. Le 3ème trait est le mépris des émotions tendres ; il en résulte une prédilection pour le mal infligé (attaque d'Armstrong envers ceux qui voulaient rompre l'omerta) avec une attitude de triomphe dans la perversité, véritable narcissisme malin pour le psychiatre Kernberg.

Armstrong avançait et ne s'écoutait pas, ni les autres qu'il méprisait. Sa morale était celle de la jungle. Ses mensonges ne le dérangent pas. Il ne les croie peut-être pas (" Je ne me suis jamais dopé ") mais ayant fini par se les justifier, on peut penser qu'il n'avouera jamais son dopage et ne reconnaîtra jamais sa culpabilité. Le texan peut-il être qualifié de sociopathe du cyclisme alors qu'on connaît très bien le fonctionnement du cyclisme depuis des dizaines d'années ? Son enfance difficile caractérisée par un rejet des parents a pu déclencher un traumatisme, responsable d'un phénomène d'endurcissement. Sans vouloir le défendre à tout prix ou l'excuser, on peut penser comme Christophe Bassons (" LA est avant tout une victime ") que l'américain est tout simplement la mauvaise personne (personnalité psychopathe) au mauvais endroit (le milieu du cyclisme et l'USADA qui n'a pas voulu se faire plumer) au mauvais moment (évolution du dopage). L'UCI n'ayant jamais indiqué de façon claire les limites à ne pas dépasser, LA n'a pas été le seul à perdre ses références socioculturelles propres au cyclisme. En cela, elle peut être tenue responsable de la plus grande crise que traverse actuellement le cyclisme. La suite de l'affaire devient évidente !

(1) Cyclopath : Does Lance Armstrong need help ? Herald Sun, 24/10/2012. Anthony Sharwood.
(2) Les personnalités pathologiques. Debray, Nollet. Masson 5ème Ed.2008.


Marc Kluszczynski est pharmacien
Il est titulaire du diplôme universitaire de dopage de l'université de Montpellier (2006)
Il est responsable de la rubrique "Front du dopage" du magazine Sport & Vie et collabore à cyclisme-dopage.com




Cette page a été mise en ligne le 30/10/2012