Actualité du dopage



Armstrong pourra bien utiliser l'argument "tous dopés" lors de son procès


29/11/2017 - sports.sfr.fr


Reporté à mai prochain, le procès du gouvernement américain contre Lance Armstrong autour du dopage et du partenariat de son équipe avec l'US Postal (...) verra bien le septuple vainqueur déchu du Tour de France pouvoir utiliser pour sa défense l'argument de l'étendue du dopage dans le cyclisme à sa grande époque. Un point essentiel selon ses avocats dans cette bataille judiciaire qui pourrait lui coûter 100 millions de dollars.

C'était l'une des interrogations des derniers mois autour du cas Lance Armstrong. Le cycliste déchu (...) allait-il être autorisé à utiliser l'argument « tous dopés dans l'histoire du vélo » pour se défendre dans son procès contre le gouvernement fédéral américain (reporté et désormais prévu pour début mai) ? Alors que la justice ne cherchera pas à savoir si « LA » était dopé durant ses grandes années, ce qu'il a confessé en janvier 2013, mais plutôt à chercher si le gouvernement - via US Postal Service, sponsor de l'équipe lors ses six premiers Tours « victorieux » - avait subi un préjudice en raison de ce dopage et de ses fausses déclarations pour le cacher, Armstrong et son clan ont depuis longtemps dans l'idée de raconter la longue et riche histoire du dopage dans le cyclisme pour expliquer que l'US Postal ne pouvait pas ne pas être au courant de ses agissements vu la culture de ce sport.

John Gleaves, expert de l'histoire du dopage, va témoigner

Malin, le gouvernement souhaitait voir cet argument éliminé avant même le procès, par crainte de voir le jury être orienté par ce rappel historique, et avait demandé au juge en charge du procès (...) de ne pas laisser Lance « mettre tout son sport en procès ». Raté. Ce mardi, alors qu'il annonçait une série de décisions concernant les deux parties dans ce procès, le juge fédéral Christopher Cooper a expliqué qu'il allait permettre à Armstrong d'utiliser cet argument du « tous dopés ! » car il se révélait pertinent pour sa défense. Le témoignage de John Gleaves, expert de l'histoire du dopage que le camp Armstrong souhaite faire venir à la barre, sera donc autorisé. Une possibilité pour « LA » de tenter de prouver que l'US Postal ne se souciait guère du dopage (...) à l'heure de passer un partenariat avec Lance et son équipe.

(...)

Elliot Peters, avocat de l'ancien cycliste, s'est (...) félicité de la décision dans un communiqué transmis à USA Today : « C'est un bon jour pour la défense ». L'équipe légale autour du Texan a toujours affirmé que l'US Postal ne pouvait pas ne pas être au courant de cette culture du dopage dans le cyclisme mais ne s'en souciait pas avant que cela ne soit, selon eux, trop tard en raison des délais de prescription. Ce à quoi le gouvernement a répondu en rappelant qu'il n'était pas au courant de tout cela à cause de tout ce que le cycliste a fait pour cacher ses fautes. Le juge Cooper a d'ailleurs précisé que l'argument de l'étendue du dopage dans le peloton à l'époque était « pertinent pour la défense d'Armstrong sur le délai de prescription ».

(...)


Lire l'article en entier



Sur le même sujet


A voir aussi


Cette page a été mise en ligne le 02/12/2017