Actualité du dopage



Page blanche pour un requiem

21/07/2007 - Le Nouvelliste - Jean-François Fournier

Extraits

L'athlète est un homme qui a décidé de reculer les murs de sa prison. C'est du Blondin dans le texte. Lui, le plus grand chroniqueur cycliste de tous les temps, avait compris. Lui, l'Antoine, qui cisela les dialogues éternels de Gabin et Belmondo dans "Un Singe en hiver", savait que l'homme porte en lui cette soif de vaincre et de se dépasser qui le pousse parfois aux extrêmes, à la prise de risque maximale. Quitte, parfois, à mettre sa vie en jeu.

Qu'aurait-il dit, Blondin, devant la litanie sans fin des affaires de dopage ? Aurait-il fait l'autruche, comme la plupart des adorateurs de la petite reine ? Ou pris, au contraire, une de ses cuites mémorables ponctuée d'une colère dévastatrice et d'un billet à la plume assassine ?

Après les affaires Sinkewitz, Jacksche, Aldag, Zabel, Riis, Ullrich, Landis, affaire Armstrong et tant d'autres, le cas Rasmussen suscite interrogations, doutes, et même haut-le-coeur.

Que dire d'un coureur qui n'apparaît au top qu'une ou deux fois par saison, sprinte dans les montées comme jadis Richard Virenque, et refuse la loi que les cyclistes propres acceptent tous: (...) communiquer son programme d'entraînement, avec lieux et dates, afin d'être disponible pour des contrôles antidopage inopinés ? Que dire d'organisateurs, de dirigeants (...) qui passent toujours à l'acte avec une précaution politique coupable ?

Aujourd'hui, le cyclisme pro est cliniquement mort. Le retrait du Tour des chaînes allemandes de télévision, et celui, probable, des sponsors Adidas et Audi, représentent la dernière chance de sursaut pour un sport qui ne veut plus rien dire en l'état. "Le Nouvelliste" a donc choisi de faire l'impasse sur l'étape du jour pour dire certes sa colère du dopage, mais aussi sa passion d'un sport propre, vrai, éducatif et populaire. Car si nous faisons tous la sourde oreille, que restera-t-il de la magie du Tour de France ? Des épopées de Merckx ou d'Ocana ? Des épopées livresques de Blondin ou de Louis Nucera ?

Rien. Rien qu'un parfum de requiem.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 22/7/2007.