Actualité du dopage



Gerdemann prêt à raccrocher si le dopage persiste

17/07/2007 - tsr.ch avec AFP

Extraits

(...) Linus Gerdemann, vainqueur de la 7e étape du Tour de France et porteur du maillot jaune pendant la 8e étape dimanche, a prévenu dans la presse allemande qu'il serait prêt à mettre un terme à sa carrière s'il devait se rendre compte que le dopage restait présent dans le cyclisme.

Si je devais me rendre compte que je ne peux pas continuer dans ce sport, sans comme certains avoir recours au dopage, je dirais +C'est bon, j'arrête+, a assuré le jeune coureur de l'équipe T-Mobile, dans un entretien à paraître mercredi dans (...) Süddeutsche Zeitung.

Ma victoire d'étape est un signe qu'un cyclisme propre est possible, a poursuivi Gerdemann (...).

Le coureur de 24 ans est par ailleurs revenu sur son association avec Bjarne Riis, son directeur sportif chez CSC qui a admis s'être dopé à l'EPO dans les années 1990, et avec le sulfureux Luigi Cecchini.

En 2005 quand j'étais chez CSC, Riis n'avait pas encore parlé du dopage et chacun est responsable de ses actes. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il ne m'est jamais venu à l'idée de me doper (...).

Gerdemann a toutefois admis que "travailler avec Cecchini n'était pas, en terme d'image, à faire, même si j'ai beaucoup appris en terme d'entraînement" avec lui".

A son arrivée chez T-Mobile en 2006, la formation allemande avait exigé qu'il mette un terme à sa collaboration avec Cecchini.

Je ne savais pas à l'époque ce qu'on sait sur lui après l'affaire Fuentes et j'insiste, je ne suis jamais allé le voir pour des prestations médicales mais pour ses programmes d'entraînement, a-t-il conclu.

Lire l'article en entier

Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Linus Gerdemann ne lit peut-être pas le français. Dommage, en 2005 déjà, en venant sur le site cyclisme-dopage.com, il en aurait su un peu plus sur la réputation de son "entraîneur" !


Cette page a été mise en ligne le 17/7/2007.