Actualité du dopage



Comment le Tour 2007 va être contrôlé

02/07/2007 - La Libre Belgique

Extraits

Quelque 150 contrôles antidopage seront pratiqués durant le Tour de France, ainsi qu'environ 400 tests sanguins dont 200 inopinés, selon les chiffres de l'Union cycliste internationale (UCI), responsable d'un programme réalisé avec l'organisateur (ASO) et l'Agence française antidopage (AFLD).

(...)

Comme chaque année depuis 1999, les 189 coureurs du peloton subiront tous un test sanguin (...) à deux jours du départ. A la différence d'un contrôle antidopage, un test sanguin ne peut déboucher sur un résultat positif mais permet de déceler d'éventuelles valeurs hématologiques anormales.

Lorsque la valeur de l'un des cinq paramètres mesurés (hématocrite, index de stimulation, taux d'hémoglobine, de réticulocytes, d'hémoglobine libre plasmatique) dépasse le seuil autorisé, on peut prononcer une interdiction de départ. En cas de valeurs anormales ou illogiques révélées par le test sanguin, on peut également déclencher des contrôles ciblés sur le coureur en question.

Après le test sanguin général, quatre à six séries ont lieu durant les trois semaines de course. A chaque fois, entre 25 et 50 coureurs, choisis au hasard ou en fonction des résultats des tests sanguins précédents, sont à nouveau testés. Au total, on procède à nouveau à environ 200 tests durant le Tour soit un total de près de 400.

(...)

Quatre à six contrôles sont traditionnellement réalisés à la fin de chaque étape sur le vainqueur du jour, le porteur du maillot jaune, deux coureurs tirés au sort et éventuellement d'autres concurrents ciblés, la plupart du temps en raison de paramètres anormaux révélés par les tests sanguins. Les leaders des classements annexes sont automatiquement contrôlés au moins une fois avant la fin du Tour.

Les contrôles sont soit urinaires classiques (environ 140 prévus), incluant éventuellement la recherche d'EPO (environ 90 prévus sur les 140), soit un contrôle sanguin (une trentaine prévue) ciblant des produits et méthodes seulement décelables dans le sang, comme les transfusions sanguines.

(...)

L'UCI est maître du jeu en matière de contrôles, donc propriétaire des échantillons prélevés. Elle a passé une convention avec les organisateurs du Tour de France (ASO) qui sont responsables de la logistique (...) et du financement (environ 110.000 euros pour les seules analyses). Les organisateurs ont eux-mêmes un accord avec l'AFLD qui fournit les personnes chargées des prélèvements et effectue les analyses dans le laboratoire de Châtenay-Malabry. Deux inspecteurs de l'UCI encadrent l'équipe de l'AFLD.

En cas de contrôle positif, l'UCI est seule compétente pour prendre des sanctions depuis l'entrée en vigueur, fin 2006, de la nouvelle loi française qui décharge l'AFLD de toute compétence dans le cadre de compétitions internationales organisées sur le sol français.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 22/7/2007.