Actualité du dopage



Landis fait appel auprès du TAS

10/10/2007 - L'Equipe

Extraits

«Etant donné que les accusations à mon encontre sont tout simplement fausses, explique l'Américain sur le site internet de la fondation qu'il a créée pour financer sa bataille juridique, et étant donné que j'ai dilapidé toute mon énergie et tout mon argent (...) pour démontrer que j'avais bel et bien gagné proprement le Tour de France 2006, je continuerai à me battre pour une cause que je sais être juste.»

Convaincu de dopage à la testostérone après un contrôle positif à l'issue de la 17e étape de ce même Tour, Landis ne cesse depuis de clamer son innocence. L'Américain base toute son argumentation sur l'incompétence présumée du laboratoire de Châtenay-Malabry, en charge des contrôles. Le 20 septembre dernier, la Cour d'arbitrage américaine indépendante (AAA) avait rejeté cette argumentation, par deux voix contre une (...).

«Mon espoir, c'est que le panel du TAS réexamine mon cas sur la base des faits et de la science », poursuit Floyd Landis (...). Il affirme au passage que «à cause de la politique actuelle de lutte contre le dopage, celui-ci empire dans le sport.» Il termine son message sur la conclusion suivante, qu'il veut visiblement édifiante : «Le dopage est un problème culturel. Il s'agit véritablement d'un mal dont il convient de se préoccuper et qu'il faut corriger. Mais perpétuer un système anti-dopage cynique et corrompu ne résoudra pas le problème. Deux maux n'équivalent jamais à un bien».

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 11/10/2007.