Actualité du dopage



Un repenti parle du dopage, les experts s'affrontent

19/05/2007 - Yahoo / AFP

Extraits

L'Américain Joe Papp, professionnel repenti, a affirmé vendredi dans l'affaire Floyd Landis (...) qu'il avait échappé aux contrôles malgré la prise de testostérone, le produit incriminé dans le cas de son compatriote.

A côté de ce témoignage personnel, le dossier "Landis", qui se bat pour éviter deux ans de suspension et la perte de son titre au TDF, s'est concentré sur une bataille à distance entre deux experts sur la lecture des résultats des analyses de Landis effectuées par le Laboratoire antidopage français (LNDD).

La directice du laboratoire antidopage de Montréal, Christiane Ayotte, qui avait débuté son témoignage la veille, après la "bombe" lâchée par Greg Lemond sur les tentatives d'intimidation d'un proche de Landis, a confirmé que selon "une lecture globale, tout est cohérent". "Tout concorde", a-t-elle indiqué en répondant du tac-au-tac à chaque question des avocats de Landis. Elle a clairement expliqué que les erreurs repérées dans le travail des techniciens du LNDD n'avaient aucune conséquence sur le résultat d'ensemble des analyses (...).

"Je ne peux pas croire ces résultats. Je n'ai jamais vu autant d'erreurs dans un même échantillon", a répliqué Bruce Goldberger, professeur de l'Université de Floride en relevant de nombreuses approximations dans les tableaux et autres diagrammes fournis par le LNDD.

Entre ces deux experts, qui n'ont fait que conforter les deux camps dans leurs certitudes réciproques, Joe Papp, un cycliste professionnel de second plan, a parlé de son expérience personnelle avec le dopage. "Deux fois sur deux", Papp, suspendu deux ans pour un contrôle positif en mai 2006, a raconté être passé à travers les mailles du filet malgré la prise d'Androgel, un testostérone appliqué sur la poitrine juste avant de se présenter à des contrôles antidopage.

Le repenti a expliqué que les microdoses permettaient la "pratique de l'utilisation d'agents dopants dans des quantitiés suffisamment importantes pour recevoir le bénéfice sans pour autant avoir un résultat positif".

"C'est important (la testostérone) dans les courses à étapes, parce qu'elles sont gagnées par le gars qui récupère le mieux et qui est le plus proche possible de son meilleur niveau tous les jours", a ajouté Papp (...). "C'est dans la culture de ce sport", a-t-il ajouté, indiquant avoir commencé à prendre de l'EPO (...) en 2001, avant de passer à la testostérone en 2004.

Il a aussi mis en cause plus ou moins directement l'équipe italienne "Whistle Power", dans laquelle il courait en 2006 en affirmant que le frère du directeur de l'équipe lui fournissait EPO, hormones de croissance, stéroïdes ou insuline dans le cadre d'un programme de dopage collectif.

(...)

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 20/5/2007.