Actualité du dopage



Lemond a reçu des menaces

18/05/2007 - L'Equipe avec AFP

Extraits

Mais à quoi joue la défense de Floyd Landis ? Alors que c'est elle qui avait appelé Greg Lemond à la barre jeudi à Malibu, ce dernier à créé la sensation en révélant qu'il avait été victime d'intimidation de la part du clan Landis mercredi, à la veille de son témoignage.

(...)

Lemond (...) a affirmé jeudi lors de la troisième journée de l'audition de Floyd Landis (...) avoir reçu un appel anonyme de quelqu'un se présentant comme son oncle. «Je n'ai qu'un seul oncle que je n'ai pas vu depuis 20 ans. J'ai alors dit "si vous voulez bien arrêter cela, c'est énervant''», a expliqué l'ancien coureur. L'homme lui aurait dit qu'il serait là à l'audience et que ce serait l'occasion de «parler de comment nous cachions ton zizi.» Cette dernière phrase a mis la puce à l'oreille de Lemond dans la mesure où, lors d'une conversation téléphonique avec Landis le 6 août dernier, il avait partagé avec celui-ci une histoire intime -en l'occurrence un abus sexuel- afin de lui montrer combien il était lourd de garder un secret. «Je lui avais alors dit, a poursuivi Greg Lemond: je ne sais pas si tu as pris ou non des substances interdites, mais si tu l'as fait, tu pourrais être celui qui sauve notre sport. (...) Sa réponse a été: quel bien cela ferait-il ? » Greg Lemond a ensuite indiqué qu'il avait récupéré le numéro de téléphone appelant et porté plainte auprès de la police. L'appel d'où provenait l'appel n'était, selon lui, autre que celui de Will Geoghegan, ami et agent de Landis et présent lors de cette audition. Cette révélation a entraîné une suspension de séance.

(...)

La matinée de cette troisième journée d'audition avait été marquée par le témoignage de Claire Frelat, la seconde technicienne du Laboratoire de Châtenay-Malabry, qui avait reconnu que des «erreurs» dans la procédure s'étaient parfois produites dans la manipulation des appareils de mesure lors de l'analyse de l'échantillon B prélevé après la 17e étape de la Grande Boucle. Ainsi, en raison de l'oubli de certaines opérations, les analyses avaient parfois été interrompues puis relancées. Toutefois, il n'a pas été établi que ces «erreurs» avaient pu entraîner des conséquences sur les résultats des analyses.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 18/5/2007.