Actualité du dopage

Indice de confiance de BAHRAIN VICTORIOUS : 8,6


02/07/2021 - cyclisme-dopage.com - S. Huby - #TeamWatttheFuck

Le Slovène Matej Mohoric, s’est imposé au Creusot, au terme de la septième étape de ce Tour de France. Une étape folle. Son équipe est née en 2017 à l’initiative du prince Nasser ben Hamed Al Khalifa, fils du souverain bahreïnien, plus habitué des champs de course que des bords de route du Morvan. Le prince, par ailleurs accusé de torture par plusieurs ONG, fait appel aux compétences de l'ancien coureur slovène Milan Erzen qui devient manager. Erzen est celui qui a révélé son compatriote Primoz Roglic, accompagnant ses débuts dans l’équipe Adria Mobil.

Mais où Mohoric a-t-il trouvé la force de gagner ?
Source : Espé - 02/07/2021

L’équipe a deux ans quand l’UCI annonce ouvrir une enquête sur Milan Erzen soupçonné d’être impliqué dans l'Opération Aderlass, une affaire de dopage sanguin. Erzen serait en relation avec le médecin allemand Mark Schmidt, lequel sera condamné à quatre ans et dix mois de prison en première instance. Il a fait appel.. Selon Le Monde, Erzen serait entré en contact avec Schmidt pour acheter une centrifugeuse, un équipement utilisé pour séparer les globules rouges du plasma en vue de réaliser des transfusions sanguines. Il nie fermement et Primoz Roglic prend prudemment ses distances : « Pendant un an, c'était mon coach, mon directeur. On s'entendait bien, il n'y avait pas de problème. Il m'avait fait part de son envie de me signer, un jour, mais je n'ai pas gardé davantage de contacts avec lui depuis. »

Un coureur positif à l’EPO dès la deuxième saison

Bahrain a dû faire face à une affaire de dopage. Le biélorusse Kanstantsin Sivtsov est contrôlé positif à l’EPO à l’occasion d’un contrôle hors compétition effectué le 31 juillet 2018. Il est immédiatement suspendu par l’équipe qui précise qu’elle n’avait pas prévu de renouveler son contrat. « Nous sommes très sévères pour tout agissement contraire à notre règlement interne. Ce comportement n'est pas accepté par l'équipe et des procédures seront engagées à l'encontre du coureur », annonce le manager Brent Copeland. Passé par Dimension Data et Sky, Sivtsov sera suspendu quatre ans.

Kristjan Koren, lui aussi coureur Bahrain a été impliqué dans l’affaire Aderlass. Il est suspendu par l'UCI le 15 mai 2019 et doit quitter le Giro. Il est licencié. Les faits le concernant remontant à 2011 et 2012, nous ne mettons toutefois pas cette affaire au débours de l’équipe Bahrain.

Des directeurs sportifs de choc

Pas moins de six directeurs sportifs de Bahrain-Victorious sont épinglés dans notre annuaire du dopage. A croire que c’est un prérequis pour prétendre à ce poste.

Borut Bozic aurait pu alourdir la note de Bahrain-Victorious. L’ancien coureur et directeur sportif slovène ne fait toutefois plus partie des effectifs de la formation bahreïnienne depuis 2019. Il a été suspendu deux ans par l'UCI en raison de son implication dans l’affaire Aderlass. Seuls des faits remontants à 2011 et 2012 ont été retenus.

Quand Damiano Caruso jouait les entremetteurs chez les amateurs

En 2012, alors qu’il porte le maillot Liquigas, l’italien Damiano Caruso est rattrapé par une affaire de dopage datant de 2007. Il était encore amateur. Le Comité International Olympique Italien (CONI) l’accuse de « complicité de tentative d’acquisition de substances interdites ». Caruso explique à la Gazzetta dello Sport : « Ça s’est passé pendant un stage d’été (2007) avec l’équipe (Mastromarco) sur le Stelvio. Albino Corazzin (alors son coéquipier) m’a demandé comment entrer en contact avec un masseur controversé et si je pouvais lui fournir certains produits. Au début, je lui ai dit que j’allais voir ce que je pouvais faire, puis je me suis rendu compte que j’allais me mettre dans un sacré pétrin et j’ai laissé tomber. Quand le Coni m’a auditionné (), j’ai dit la vérité, parce que j’ai la conscience tranquille. Je n’ai rien fait d’autre ». Le CONI ne l’entend pas de cette oreille et lui inflige une suspension rétroactive d’un an.

Il n’a pas été retenu pour épauler Pello Bilbao, Sonny Colbrelli et Matej Mohoric sur ce Tour de France.

Flash Landa !

A ses débuts, Mikel Landa apparait comme vainqueur potentiel d’un Grand Tour. Il évolue régulièrement au-dessus des 400 Watts-Etalon de moyenne en passant devant les « radars » posés par Frédéric Portoleau et Antoine Vayer. Pendant le Tour d’Espagne 2015, il atteint 415 WE, nettement dans la « zone suspecte » dont le seuil est placé à 410 WE. Après plusieurs années où il évolue entre 400 et 410 WE, il revient en zone suspecte l’année dernière à l’occasion du Tour de France : 417 WE.

On aurait aimé voir Mark Padun à l’œuvre sur les routes française ce mois de juillet. Celui qui a écrasé, à la surprise générale, les deux étapes de haute-montagne du Critérium du Dauphiné et espérait bien participer au Tour. Il aurait pu exploser les watts mais il a été prié de rester à la maison. Une sorte de principe de précaution ?

MPCC ? C’est non !

Bahrain-Victorious n’adhère pas au MPCC et Gino Mäder est le seul coureur à s’être inscrit à titre individuel. Une exception qui confirme une règle.

Verdict

Nous attribuons à Bahrain-Victorious une note de 8,6/20, en bas de la zone orange.

Indice de confiance de BAHRAIN-VICTORIOUS : 8,6
Source : cyclisme-dopage.com - 02/07/2021

Sur le même sujet


Cette page a été mise en ligne le 02/07/2021