Dossier dopage



Près de 8 000 contrôles et 4 % de positifs

23/06/2001 - Libération - Blandine Hennion

Extraits

Pour la première année, les statistiques des contrôles effectués sur les sportifs français en 2000 sont centralisées par le Conseil de prévention et de lutte contre le dopage (CPLD), l'autorité indépendante créée par la loi Buffet de mars 1999 et présidée par Michel Boyon. Ainsi, 7 967 sportifs français de tous niveaux ont été contrôlés en l'an 2000, révélant 322 cas positifs. En dépit d'une augmentation du nombre de contrôles - qui a pratiquement doublé en quatre ans -, le pourcentage de positifs reste donc faible: 4,05 % en 2000, contre 3,6 % en 1999 et 2,9 % en 1997. Les substances prohibées les plus prisées des sportifs restent le cannabis (28,18 %), devant le salbutamol, prescrit contre l'asthme (24,74 %) et le corticostéroïde triamcinolone acétonide (12,03 %).

C'est la première fois que la France se dote d'une batterie d'études statistiques très fines. Elles sont difficilement utilisables la première année, car les références aux années précédentes manquent. Chaque année, le CPLD fera l'effort de distinguer les lieux et les modes de contrôle (inopinés ou non) (...). L'évolution des politiques antidopages comme celle de l'efficacité des contrôles seront donc plus lisibles dès que seront connus les résultats de 2001.

Pas moins de 63 sports différents ont fait l'objet de prélèvements en l'an 2000. Le cyclisme arrive de loin en tête des contrôles avec 1 908 prélèvements pour 132 cas positifs. Il est suivi par l'athlétisme (936 prélèvements pour 29 cas positifs). Le foot, sport le plus pratiqué en France - vingt fois plus de licenciés que le vélo - n'arrive qu'en troisième position avec 469 contrôles débouchant sur 7 positifs seulement. Le rugby reste assez peu contrôlé (230 contrôles pour 12 positifs), en sixième position derrière la natation et l'haltérophilie.

(...)

En dépit des efforts des pouvoirs publics, les contrôles surprises, de loin les plus efficaces, sont encore peu nombreux. Lors des compétitions, tous sports confondus, ils n'atteignent que 1 646 prélèvements contre 5 065 contrôles non inopinés. Dans le cyclisme, sport le plus contrôlé qui concentre aussi le plus de cas positifs, les cures dopantes se font hors saison. Les contrôles hors compétition étant donc plus efficaces, l'effort sur les interventions imprévues y est en revanche plus net: 1 121 contrôles inopinés sur 1 256.

Lire l'article en entier