En bref



Le ministre des Sports, François Lamour, veut assouplir le suivi médical

26/12/2002 - Sport.fr

Extraits

Dans un entretien accordé au journal La Croix, Jean-François Lamour annonce qu'il a suspendu la parution du décret d'application du Suivi médical, envisageant d'en modifier la rédaction. "Les fédérations qui doivent payer le suivi sont incapables de le mettre en place. Le coût est tel que cela revient horriblement cher pour n'importe quelle catégorie de sportifs.", explique le ministre. Il envisage en conséquence d'assouplir le système instauré par Marie-George Buffet : "Il faut ré-étager le niveau de suivi en fonction du niveau de pratique. [...] Faire un suivi allégé au démarrage pour, petit à petit, au fil de la progression, augmenter le contenu du suivi".

Le principe du suivi médical (...) se heurte depuis son instauration à des problèmes techniques et financiers. La Fédération française de cyclisme, notamment, avait souligné dès 1999 les difficultés à appliquer ce suivi compte tenu des faibles contingents d'établissements agréés et avait alors obtenu que des laboratoires soient agréés en appoint des unités mobiles du Ministère des sports. Le développement d'antennes régionales susceptibles d'effectuer ce Suivi médical à grande échelle n'a pas été aussi rapide que l'aurait souhaité l'ancienne ministre. Aussi, hormis dans quelques départements, tel celui des Bouches-du-Rhône (...), le système ne s'est pas déployé.

La lenteur des procédures de rédaction des décrets d'application, liées en partie au changement de majorité, aura parachevé l'enlisement d'un dossier que Jean-François Lamour tente aujourd'hui de reprendre. A suivre.

Lire l'article en entier