Dossier dopage



Jean-François Lamour élu vice-président de l'Agence mondiale antidopage

20/11/2006 - Le Monde Avec Afp

Extraits

(...) De nouveaux horizons s'ouvrent à Jean-François Lamour, ministre des sports français élu, lundi 20 novembre, vice-président de l'Agence mondiale antidopage (AMA) pour 2007.

Seul candidat en lice et favori des Européens, M. Lamour a été élu à main levée lors d'une réunion du conseil de fondation de l'AMA à Montréal. Au sein de l'agence, on évoque déjà la possibilité que le Français prenne du galon dès l'année prochaine. La présidence de l'AMA est actuellement assurée par le Canadien Dick Pound, qui représente le mouvement olympique et dont le mandat arrivera à échéance en novembre 2007.

(...)

Son élection est une reconnaissance politique au plan international, après plus d'une décennie passée au service du sport à l'Elysée (1995-2002) puis au gouvernement (2002-2004). La consécration sportive, "Jeff" Lamour l'a connue aux Jeux olympiques de Los Angeles, en 1984. Mais les meilleurs spécialistes étaient absents pour cause de boycott et certains avaient fait la fine bouche. Dès lors, Lamour a eu à coeur de montrer aux sceptiques qu'il n'avait pas volé ses lauriers olympiques : en 1987, il est sacré champion du monde. Il fait taire les mauvaises langues en conservant sa couronne olympique à Séoul (...). Mieux, il tente la passe de trois qui le ferait entrer dans l'histoire, quatre ans plus tard, à Barcelone. S'il n'y parvient pas, il revient cependant de Catalogne médaillé de bronze.

En 1994, après avoir exercé son métier de kinésithérapeute pendant un an, il est nommé conseiller technique chargé de la jeunesse et des sports auprès du maire de Paris, Jacques Chirac. Devenu chef de l'Etat, ce dernier fera de lui un chargé de mission attaché à la présidence de la République.

Le 7 mai 2002 il entre au gouvernement, où il se voit confier le portefeuille des sports. Ministre, M. Lamour s'est intéressé à la lutte antidopage : en octobre 2004, il est nommé représentant de l'Union européenne auprès du comité exécutif de l'AMA. En 2005, il fait voter une loi harmonisant la législation française avec le code mondial antidopage. Puis il élargit et renforce les pouvoirs du Conseil de prévention et de lutte contre le dopage, transformé en octobre 2006 en Agence française de lutte contre le dopage.


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 27/11/2006.