Actualité du dopage



Armstrong ne s'est pas dopé dans le Tour 99, selon l'enquêteur de l'UCI

31/05/2006 - Yahoo / AP

Extraits

Une commission d'enquête indépendante néerlandaise nommée par l'Union cycliste internationale (...) a blanchi mercredi (...) Lance Armstrong de tout soupçon de dopage dans le Tour de France 1999, et adressé (...) un blâme aux autorités antidopage. Mais l'UCI a rapidement "déploré" les déclarations du responsable de cette enquête.

Dans un rapport de 132 pages, l'avocat néerlandais Emile Vrijman -nommé par l'UCI suite aux informations publiées par le quotidien "L'Equipe" en août 2005- évoque la possibilité de poursuites contre l'Agence mondiale antidopage (...) et le Laboratoire national de dépistage du dopage (LNDD) de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), responsable des analyses d'urine utilisées pour accuser Armstrong.

Selon le document, l'AMA et la LNDD ont en effet "enfreint les règlements applicables sur la confidentialité des athlètes en commentant publiquement les découvertes positives présumées".

"Le rapport confirme mon innocence", a réagi dans un communiqué Lance Armstrong (...). Selon le septuple vainqueur du Tour de France, le rapport d'enquête prouve également que "M. Pound (directeur de l'AMA, NDLR), le laboratoire français (Châtenay-Malabry, NDLR) et le ministère français des Sports ont ignoré les règlements et enfreint la loi".

Dans un communiqué diffusé mercredi, l'UCI a, quant à elle déploré "fermement le comportement de Me Vrijman, qui s'est exprimé de façon prématurée". Selon l'UCI, en faisant part publiquement des résultats de son enquête, il a violé les "accords qui prévoyaient que toutes les parties impliquées seraient informées avant tout commentaire public sur le contenu du rapport".

Le journal français "L'Equipe" avait affirmé en août dernier que six échantillons d'urine de Lance Armstrong prélevés en 1999 (...) s'étaient révélés positifs à l'EPO lors de tests effectués en 2004 au LNDD de Châtenay-Malabry.

A la suite de ces "révélations" qui ont fait grand bruit, l'UCI a nommé en octobre Me Vrijman pour faire la lumière sur la gestion des tests d'urine provenant du Tour 99. Celui-ci a affirmé mercredi que son enquête "exonérait complètement Lance Armstrong en ce qui concerne l'usage supposé de produits dopants dans le Tour de France 1999".

L'avocat néerlandais affirme que la position de l'AMA et du LNDD dans cette affaire pourrait être "en contradiction totale avec les lois et règlements des contrôles anti-dopage internationaux".

Il évoque donc la possibilité de créer un tribunal chargé d'étudier les éventuelles infractions commises par l'AMA et le LNDD et d'entendre de "manière juste" les personnes impliquées. Cette cour pourrait (...) prendre "les sanctions appropriées pour remédier à ces infractions".

Dans cette affaire, (...) Dick Pound, a accusé l'ancien président de l'UCI Hein Verbruggen d'être à l'origine des fuites à "L'Equipe". Il a également mis en cause la volonté de l'UCI de tirer au clair cette affaire.

Mercredi, il a déclaré n'avoir eu connaissance des conclusions de Me Vrijman que par voie de presse, mais les a immédiatement mises en doute.

"Que les analyses soient positives ou pas, je ne vois pas comment un avocat néerlandais sans expérience a pu parvenir à la conclusion que l'un des plus grands laboratoires du monde a raté son analyse. Dire que M. Armstrong est totalement exonéré paraît étrange", a-t-il réagi (...).

Le LNDD de Châtenay-Malabry a, lui, été accusé d'avoir violé les règles de confidentialité médicale. Le Dr Mario Zorzoli, le médecin qui a fourni les résultats d'analyses à "L'Equipe", a été suspendu un mois et a depuis retrouvé son poste.

(...)


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 6/8/2006.