Actualité du dopage



Armstrong se passe la pommade

23/07/1999 - Libération - Jean-Louis Le Touzet

Extraits

Les champions parlent un latin de pharmacie. Ils sont tout en onguents et essences orientales. A force de l'éplucher comme un oignon, Armstrong est apparu tout nu et tartiné de pommade. (...) C'est à la demande expresse d'Armstrong que le secret médical fut levé, hier. Après l'arrivée à Pau, le maillot jaune s'est exprimé : « Oui, j'ai utilisé une pommade (Cemalyt) pour soigner une allergie (dermatite allergique, nldr). C'est pour ça qu'on a retrouvé des traces infimes de cortisone. Je n'ai jamais pris d'injections ou de cachets quelconques. Je ne sais pas qu'il fallait un certificat pour une pommade. Vous me prenez peut-être pour un menteur ? Il y a des journalistes qui sont uniquement sur le Tour pour chercher des histoires de dopage. Et c'est mauvais pour le cyclisme et le Tour. »

(...) Une chose est sûre : la biographie de Lance Armstrong sera médicale. (...) On croyait tout savoir sur lui. Un chapitre sur sa rougeole, un autre sur les oreillons, un tome sur son cancer... Mais il manquait l'essentiel : la pommade à la cortisone.

(...) La presse est arriérée et méchante comme une teigne, a-t-il dit, mais dans des termes plus diplomatiques. (...) L'UCI a rappelé que « l'utilisation des corticoïdes est interdite, à l'exception de leur application en utilisation locale, en inhalations, ainsi qu'en injections locales ou intra-articulaires. La justification de ces formes d'utilisation est à établir par le coureur, moyennant une prescription médicale. »

Or, lors du contrôle urinaire du 4 juillet, à la ligne « médicaments pris par le coureur Armstrong », il est écrit : néant. Et voilà que, deux semaines plus tard, surgit cette affaire et le certificat médical qui accompagne cette pommade. (...) L'UCI affirme pourtant qu'« il s'agit d'une utilisation autorisée et qui ne constitue pas une pratique de dopage ». C'est à n'y rien comprendre. (...)

Mais voilà ce que dit le règlement de l'UCI au titre XIV, chapitre 4, article 43 : « Si les coureurs ont des remarques à formuler, ils les rédigent sur le formulaire u les font rédiger par le médecin-contrôleur. Le coureur doit indiquer sur le formulaire toutes sortes de substances figurant sur la liste sur les classes de substances dopantes et méthodes de dopage qu'il a prises, mais dont la présence peut ne pas être prise en considération, aux conditions médicales spécifiées dans la liste. S'il ne le fait pas, et si le laboratoire constate la présence d'une telle substance, le résultat de l'analyse sera considéré comme positif et le coureur sera sanctionné, même s'il produit un certificat après le contrôle. » Et alors ? Armstrong a un certif' qu'il a sorti de son chapeau.

(...)



Cette page a été mise en ligne le 24/08/2008.