Actualité du dopage



Affaire de dopage d'Armstrong: l'UCI reconnaît une fuite

27/02/2006 - Yahoo / AFP

Extraits

L'Union cycliste internationale (...) a reconnu (...) qu'un membre de ses services avait facilité de bonne foi le travail de recoupement mené par L'Equipe sur l'analyse des échantillons du coureur américain Lance Armstrong accusé par le journal français d'être positif à l'EPO dans le Tour de France 1999.

L'UCI, qui a présenté ses excuses au public pour le "malentendu qui a pu intervenir", a précisé (...) avoir procédé à une enquête interne suite à des informations reçues du président de l'Agence mondiale antidopage (...), Dick Pound.

Dans un premier temps, la fédération internationale avait déclaré "sur la base des informations fournies par le membre de son personnel concerné" que seule une copie d'un formulaire avait été remise au journaliste de L'Equipe, Damien Ressiot, avec l'accord du septuple vainqueur du Tour.

"Le membre du personnel concerné a aujourd'hui admis qu'il a dû donner en effet à M. Ressiot une copie de chacun des quinze formulaires de contrôle antidopage au lieu d'une seule. Cette remise de documents a été faite dans la certitude que M. Ressiot allait rédiger un article démontrant que M. Armstrong n'avait jamais demandé d'autorisation en vue de consommer le moindre médicament en rapport avec la maladie qu'il a surmontée", déclare le communiqué de l'UCI (...).

"L'article (publié le) 23 août 2005 portait sur un rapport confidentiel établi par le Laboratoire antidopage de Paris sur des recherches scientifiques qu'il avait effectuées sur des échantillons urinaires prélevés lors du Tour de France 1999. La veille, ce laboratoire avait envoyé ce rapport confidentiel à l'AMA et au ministre français des Sports. Assez curieusement et malgré l'exigence du laboratoire français qu'il ne pourrait pas être utilisé à des fins disciplinaires, le rapport de recherches contenait les codes originaux des échantillons collectés en 1999", mentionne le communiqué.

"M. Ressiot a obtenu une copie de ce rapport confidentiel et l'a publié dans le journal L'Equipe ainsi que six formulaires de contrôle antidopage signés par M. Armstrong. Il a comparé ces formulaires avec les codes des échantillons contenus dans le rapport du laboratoire. (...)", ajoute le communiqué de l'UCI en estimant que le journaliste a "utilisé un faux prétexte" pour avoir accès aux formulaires de contrôle antidopage.

La fédération internationale a (...) ajouté que "des mesures internes appropriées ont été prises".

(...)

"Pour le reste, l'UCI attend les résultats de l'enquête indépendante, concernant les accusations de dopage portées à l'encontre de M. Armstrong", conclut le communiqué de l'UCI en faisant référence à l'enquête conduite par le Néerlandais Emile Vrijman.


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 27/2/2006.