L'actualité du dopage



Clémence au procès Festina, la justice a mesuré l'étendue du dopage

22/12/2000 - AFP/Yahoo - Lille

Extraits

(...)

Les instances sportives qui s'étaient portées parties civiles - elles s'estimaient victimes de l'affaire - ont toutes été déboutées. L'Union cycliste internationale (...), la Fédération française de cyclisme (...) et la Société du Tour de France ont même été sévèrement critiquées par le tribunal.

"Ces faits auraient mérité une condamnation ferme, mais le tribunal a été amené à prendre en considération le contexte", a déclaré à l'énoncé des peines Daniel Delegove, président de la 7e chambre correctionnelle du TGI de Lille.

Le tribunal "a constaté la très grande diffusion du dopage" et a été "sensible aux carences et aux ambiguïtés de la lutte antidopage", a ajouté M. Delegove. Dans les attendus du jugement, où le patron du Tour Jean-Marie Leblanc est clairement taxé d'incompétence, le tribunal insiste aussi sur "l'importance de la loi du silence dans le cyclisme professionnel".

(...)

Vedette du procès qui s'était déroulé du 23 octobre au 7 novembre, le coureur cycliste français Richard Virenque a été relaxé des poursuites intentées contre lui pour complicité d'incitation au dopage.

(...)

Parmi les huit autres prévenus - contre lesquels aucune peine d'emprisonnement ferme n'avait été requise -, l'ex-directeur sportif de l'équipe Festina, Bruno Roussel, et l'ancien soigneur, le Belge Willy Voet ont été condamnés respectivement à un an et dix mois de prison avec sursis plus respectivement 50.000 et 30.000 francs d'amendes. (...)

Le tribunal a également été plus clément que le ministère public à l'encontre de Jeff d'Hont, ancien soigneur belge de l'équipe La Française des Jeux (9 mois avec sursis), et de Jean-Marie Dalibot et Joël Chabiron, deux anciens cadres de Festina (5 mois chacun).

(...)

La pharmacienne Christine Paranier et son époux Eric, jugés pour avoir fourni notamment des corticoïdes à Willy Voet, ont été condamnés respectivement à 30.000 et 10.000 francs d'amende, et Nicolas Terrados, médecin de l'équipe espagnole ONCE, à 30.000 francs.

Par ailleurs, MM. Roussel, Voet, Chabiron et Dalibot devront verser solidairement aux douanes 120.000 francs, soit 10 fois moins que ce que réclamait cette administration au titre du préjudice subi.

(...)

M. Roussel s'est montré critique avec la ministre de la Jeunesse et des Sports. "La politique de Mme Buffet occulte la responsabilité individuelle. Dire que les sportifs sont des victimes c'est oublier qu'ils ont le choix de dire oui ou non au dopage", a-t-il déclaré, en appelant de ses voeux "la réintroduction en France de la notion de tricherie".



Lire l'article en entier