Actualité du dopage



EPO et AICAR dans le viseur

03/07/2012 - L'Equipe - Damien Ressiot


Le dispositif antidopage en vigueur cette année sur le Tour.

STRATÉGIE. - Les contrôles seront effectués de manière réactive selon les résultats des ciblages induits par les prélèvements sanguins et urinaires opérés sur les coureurs et l'observation de leur passeport biologique. L'UCI et l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) collaboreront pour déterminer les suspects. Toute autre information, émanant notamment des forces de police, pourrait déclencher également des contrôles. Ceux-ci seront effectués à l'arrivée des étapes (...) et aux hôtels des équipes, le soir ou le matin.

LABORATOIRES. - Les établissements de Châtenay-Malabry, Lausanne et Cologne seront mobilisés durant l'épreuve. Avec, pour chacun d'entre eux, des missions précises. Lausanne s'occupera du passeport biologique et des 198 prélèvements sanguins effectués jeudi dernier. Cent cinquante échantillons de sang supplémentaires seront prélevés durant l'épreuve pour ce même passeport. Cologne aura en charge les analyses plus spécifiques : phtalates (...), insuline et synacthène ou ACTH (...). Châtenay-Malabry aura enfin la responsabilité des analyses conventionnelles, soit la majorité des produits de la liste interdite, EPO et hormones de croissance comprises.

PRODUITS. - La détection de l'EPO fera l'objet d'analyses effectuées cette année tout au long du Tour, et non plus la veille ou l'avant-veille des étapes de montagne, voire lors des journées de repos. Ce changement de stratégie est induit par l'usage avéré de ce produit par micro-doses, ce qui induit une fenêtre de détection très courte. Par ailleurs, l'AICAR (...) pourra être détecté par le laboratoire de Châtenay-Malabry. En cas de positivité, l'analyse définitive sera effectuée à Cologne.




Cette page a été mise en ligne le 03/07/2012