Actualité du dopage



Frank Schleck suspendu un an

30/01/2013 - lalibre.be - avec AFP


L'Agence luxembourgeoise antidopage (Alad) a infligé une suspension de un an à Frank Schleck qui avait été contrôlé positif à un diurétique, le Xipamide, lors du Tour de France 2012, a annoncé le président de l'Alad Robert Schuller mercredi.

La sanction infligée à Frank Schleck, 32 ans, "est susceptible d'appel et prend cours à la date du 14 juillet 2012", a déclaré Robert Schuller précisant "qu'aucune sanction pécuniaire n'a été infligée au coureur" à l'exception du remboursement des frais de gestion du dossier.

Le coureur perd le bénéfice et les primes liées à ses résultats obtenus au Tour 2012 dont il occupait le 12e place au moment de son retrait.

A moins d'une réduction de peine lors d'un éventuel appel, l'aîné d'Andy Schleck manquera une bonne partie de la saison et ne pourra pas participer au prochain Tour de France (...).

"Le conseil de discipline de l'Alad a sanctionné Frank Schleck du chef de la violation de l'article 21.1 du règlement de l'UCI", a précisé Robert Schuller. Le coureur luxembourgeois avait fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à l'issue de la 13e étape du Tour de France 2012 le 14 juillet (...).

La contre-expertise de l'échantillon B avait ensuite confirmé ce contrôle positif.

Frank Schleck avait dès le début de l'affaire plaidé la thèse de l'empoisonnement ou de l'accident.

(...)

Frank Schleck a dit être "évidemment déçu par le verdict qui vient d'être rendu. J'estime que la décision de me suspendre pendant un an est trop sévère", a expliqué le Luxembourgeois de RadioShack (...).

C'est "trop sévère compte tenu du fait que le Conseil a retenu que j'ai involontairement consommé un produit contaminé. Malheureusement les règles de l'UCI sont telles que même une contamination involontaire suffit pour prononcer une sanction", a ajouté Frank Schleck dans son communiqué.

"Je suis en revanche soulagé que les juges aient reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un cas de dopage et qu'il n'y avait aucune volonté de ma part d'améliorer les performances. Ceci est très important pour moi, pour ma famille, pour mon équipe et pour tous ceux qui me soutiennent. Nous allons maintenant analyser la décision en détail et décider de la suite. Je retiens toutefois un élément positif: les juges ont admis que je ne suis pas un tricheur. Je tiens à remercier tous mes amis et tous les supporters qui ont gardé confiance en moi tout au long de ces mois difficiles".

(...)

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 30/01/2013