Actualité du dopage



Suspicion permanente chez Sky

17/07/2015 - dhnet.be - Quentin Finné


La découverte de la nouvelle affaire Sky est le suspense qui anime désormais quotidiennement le réveil de chacun des suiveurs du Tour de France.

(...)

(...) Sans l'once d'un indice réellement tangible, certains n'hésitent pas à lancer publiquement l'opprobre sur les hommes au maillot noir/azur dont l'hégémonie gêne incontestablement. Comme si la domination d'un collectif qui ne vit que pour cet objectif depuis novembre dernier et préfère investir dans l'innovation et le confort de ses coureurs sur tous les plans plutôt que dans des salaires plantureux ne pouvait s'expliquer que par une tricherie dont la nature importe finalement peu. (...) Petit tour d'horizons des polémiques en carton.

Une boisson-miracle à 2500€ le litre

Depuis plusieurs jours, le dictionnaire des suiveurs du Tour s'est enrichi d'un mot : cétones. Sans entrer dans des explications scientifiques extrêmement complexes, le Team Sky utiliserait selon certains médias une boisson miracle appelée Delta G. Elle présente la spécificité d'être composée de cétones, bien plus efficaces pour la pratique des sports d'endurance puisqu'elle nécessite moins d'oxygène pour être métabolisée par l'organisme. Schématiquement, le corps utilise alors moins d'oxygène pour son fonctionnement normal ce qui permet donc au sportif de disposer de plus de ressources pour produire son effort. Développée par l'université d'Oxford, le Delta G coûte 2500€... le litre. Même si le Team Sky et Froome ont démenti utiliser cette boisson, précisons tout de même que ce complément alimentaire est autorisé par la réglementation antidopage...

Des données piratées

Les données de Chris Froome sur l'ascension du Ventoux lors du Tour 2013 ont été piratées au Team Sky qui a d'ailleurs mis ses avocats sur l'affaire. Elles circulent sur le web dans une vidéo qui met en lumière le rythme cardiaque particulièrement bas du Britannique lors de cet effort, même lors de violentes accélérations. Le maillot jaune s'est défendu en rappelant que son coeur battait à 35 pulsations par minute au repos et jamais au-dessus de 170 à l'effort.

Le dopage mécanique

"On a l'impression que le vélo pédale tout seul !" La petite phrase de Cédric Vasseur, consultant de France Télévisions sur ce Tour, lâchée lors de l'ascension de Froome sur La Pierre-Saint-Martin, a ravivé les suspicions de dopage mécanique autour du Team Sky. Le rapport de la commission d'enquête sur le cyclisme avait remis sur le tapis un sujet pris très au sérieux tant par l'UCI que par ASO. Depuis le début de ce Tour, les vélos de huit formations ont été vérifiés au terme de trois étapes. Après le chrono par équipes, tous les vélos de la... Sky avaient été passés au scanner. Sans aucun résultat probant.

Les motor-homes

La professionnalisation toujours plus importante des formations WorldTour a aussi pour effet de multiplier le nombre de véhicules sur les parkings d'hôtels des équipes. Les équipes FDJ et Etixx-Quick Step se déplacent par exemple avec un camion destiné à la cryothérapie (récupération musculaire grâce à des cabines projetant des vapeurs d'azote descendant jusqu'à -140°C) ou des bains d'eau froide (dans le même but). Depuis le début de ce Tour, le paddock du Team Sky se compose aussi de deux motor-homes grand luxe, comparables à celui dans lequel dormait Richie Porte sur le Giro. L'UCI, à des fins d'équité, ayant décidé d'interdire que les coureurs dorment désormais dans ces véhicules, l'équipe britannique y loge des membres du staff afin de libérer des chambres d'hôtel pour que les athlètes puissent dormir seuls (au lieu de deux par chambre). Ce luxe ostentatoire en dérange beaucoup. (...)

Un soigneur devenu encombrant

Membre du Team Sky depuis 2012, le Belge Peter Verbeken voit tout à coup son passé ressurgir. Celui qui est aujourd'hui responsable du service course de l'équipe, basé à Deinze (après avoir été soigneur durant deux saisons), a en effet travaillé occasionnellement pour l'équipe US Postal en 1999 en qualité de free lance. L'ancien coureur n'a jamais été lié à aucune affaire de dopage, mais sa présence dans l'organigramme de la Sky (connue de tous les suiveurs) semble soudainement devenue encombrante pour le quotidien britannique The Telegraph à l'origine de cette révélation.

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 21/07/2015