Actualité du dopage



Le «Docteur Mabuse» invité sur le Tour de France

10/07/2015 - liberation.fr - Pierre Carrey

Le naturopathe controversé, de son vrai nom Bernard Sainz, s'est rendu au village-départ ce vendredi à Livarot.

Le Tour de France a reçu ce vendredi la visite d'un de ses personnages les plus hauts en couleurs, Bernard Sainz, alias le «docteur Mabuse», plusieurs fois poursuivi dans des affaires de dopage mais jamais condamné pour ce chef d'accusation, a appris Libération.

Cet homéopathe et naturopathe de 71 ans a pénétré au village départ, au matin de la 7e étape à Livarot (Calvados), muni d'un laissez-passer transmis par un ou plusieurs membres d'Amaury sport organisation (ASO), l'organisateur de l'épreuve. Grâce à cet accès, le «docteur Mabuse» a pu s'entretenir avec des anciens coureurs professionnels ou membres d'encadrement des équipes. Sa présence a néanmoins interpellé plusieurs coureurs.

Contacté par Libération, Bernard Sainz se défend : «Le sport cycliste veut laver plus blanc que blanc et il a raison. Mais qu'est-ce que [ces détracteurs] connaissent de ma personne ? Je ne vois pas comment je peux déranger un coureur s'il ne sait pas qui je suis.»

Alors qu'aucun coureur actuel n'a révélé publiquement sa collaboration avec Bernard Sainz, celui-ci confirme qu'il conseille toujours des membres du peloton : «En traumatologie osseuse, il m'arrive de voir des cyclistes, des rugbymen, mais ils n'en parlent pas à leur staff.»

POURSUIVI POUR EXERCICE ILLÉGAL DE LA MÉDECINE

Le «docteur Mabuse» est entouré d'une réputation de mystère au sein du milieu cycliste, à commencer par son surnom inventé par Jacky Mourioux, pistard des années 70 et inspiré d'une série de films du réalisateur allemand Fritz Lang entre 1922 et 1960. Bernard Sainz est par ailleurs réputé avoir pratiqué des consultations de nuit dans sa voiture, tandis que certains de ses patients ont souligné sa très forte influence psychologique.

Plusieurs fois poursuivi pour exercice illégal de la médecine, il a toujours contesté avoir prescrit à ses patients des produits tels que des corticoïdes ou stéroïdes, affirmant que ses fameuses gouttes ne contenaient que des dérivés de plantes (phytothérapie).

Le naturopathe a été poursuivi puis blanchi des accusations de dopage dans plusieurs affaires liées aux milieux cycliste et hippique, notamment celle des «Six-jours de Bercy» (trafic d'amphétamines) en 1986 puis celle «Lavelot-Sainz» (autour du coureur Frank Vandenbroucke) en 1999.

Alors qu'il était mis en examen dans le cadre de cette dernière affaire et placé sous contrôle judiciaire, Bernard Sainz s'était rendu à plusieurs reprises sur le village du Tour de France en 2000 afin d'y dédicacer son livre (Les stupéfiantes révélations du Dr Mabuse, JC Lattès). «La direction du Tour ne considérait pas que j'incarnais le dopage à moi tout seul», rappelle-t-il.

UN FAMILIER DE LEBLANC

Bernard Sainz raconte par ailleurs que plusieurs directeurs sportifs se sont arrêtés pour le saluer au cours d'une étape du Tour de France, «il y a 18 ans», qui passait près de sa propriété en Normandie. «Ça a créé un embouteillage monstre», se souvient-il.

Ancien directeur sportif adjoint de Raymond Poulidor chez Gan-Mercier en 1975, le «Dr Mabuse» a conseillé plusieurs coureurs, dont certains comme Jean-René Bernaudeau (Team Europcar), Alain Gallopin (Trek Factory) et Marc Madiot (FDJ) sont aujourd'hui manageurs ou directeurs sportifs d'équipes engagées sur le Tour de France. D'autres de ses patients sont consultants pour les médias (Cyrille Guimard, Richard Virenque) ou encore travaillent chez ASO.

Bernard Sainz se décrit comme un familier de Jean-Marie Leblanc, ex-directeur du Tour de France (1989-2006) et de son bras droit Jean-François Pescheux, qui devrait prochainement prendre sa retraite. Le naturopathe est régulièrement invité à la présentation du Tour de France, en octobre au Palais des Congrès de Paris, ou à la cérémonie de remise des prix de la Coupe de France professionnelle PMU, organisée par la Ligue nationale du cyclisme (LNC). Il se déplace également sur des épreuves amateurs et professionnelles, en France ou à l'étranger, comme cette année au Tour du Maroc, où il accompagnait l'équipe belge Veranclassic-Doltcini.

Lire l'article original



Cette page a été mise en ligne le 11/07/2015