Actualité du dopage



Alexandre Vinokourov (manager d'Astana) : «Lars Boom prend le départ»

04/07/2015 - lequipe.fr - A. T.-C., à Utrecht


Malgré les règles du MPCC (mouvement pour un cyclisme crédible) qui l'interdisaient de départ en raison d'un faible taux de cortisol, Lars Boom sera bien au départ du Tour de France. Le manager de l'équipe Astana Alexandre Vinokourov a expliqué samedi matin que l'UCI avait refusé le remplacement du coureur par Alessandro Vanotti. Le patron de l'équipe kazakhe préfère s'affranchir des règles non-contraignantes du MPCC que d'aligner une formation de huit coureurs.

«Quelle est votre décision concernant Lars Boom?

Le MPCC impose de remplacer le coureur en cas de taux de cortisol trop bas. On voulait bien changer de coureur. Vanotti est venu ce matin pour remplacer Boom s'il le fallait. Malheureusement, l'UCI a répondu non. On ne pouvait pas changer de coureur après la réunion des directeurs sportifs vendredi matin (10h30). Les analyses des coureurs sont arrivées à 14h30. On ne pouvait rien faire.

D'après l'équipe médicale, cela ne présente pas de danger pour la santé du coureur alors il (Lars Boom) peut prendre le départ avec nous. C'est clair et net. On prend le départ à neuf coureurs. Je ne peux pas partir à huit.

Allez-vous quitter le MPCC?

Je laisse cette décision à Roger (Legeay, président du MPCC). Jusque-là, j'ai toujours soutenu le règlement du MPCC. Malheureusement aujourd'hui, l'approche juridique est du côté de l'UCI et je ne peux pas aller contre le sens du droit.

Vous attendez-vous à une pression négative autour de l'équipe?

Je le répète : l'UCI autorise Boom à prendre le départ. Le taux bas de cortisol, ce n'est pas un contrôle positif. (Lars Boom) utilise ce spray (de cortisone) depuis des années. L'analyse du docteur, c'est que le coureur est en bonne santé.

Le problème vient des règles de l'UCI ou du MPCC?

Ce sont les règles du MPCC qui n'ont aucune valeur juridique. Aujourd'hui, c'est l'UCI qui contrôle le cyclisme. Les règles sont claires : il peut prendre le départ. On respecte le règlement de l'UCI.

A quoi sert d'être membre du MPCC dans ce cas?

On est membre depuis des années. Je voulais bien rester l'an dernier après tout ce qui s'était passé malheureusement (l'équipe s'était auto-suspendue après deux cas positifs). Je voulais que les autres équipes, comme Sky, BMC ou Tinkoff nous rejoignent. On a vu toutes les équipes (Lampre, LottoNL) qui sortent. Je ne voulais pas sortir moi-même. Maintenant, je laisse cette décision à Roger (Legeay).

(...)»

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 04/07/2015