Dossier dopage



La poudre qui efface l'EPO

13/12/2007 - lematin.ch - Bernard Morel

Extraits

La lutte contre le dopage est un dur combat et dans les laboratoires (...) on doit parfois se demander s'il n'est pas vain. Martial Saugy, directeur du Laboratoire suisse d'analyse du dopage, et ses collaborateurs s'interrogeaient sur le fait que de plus en plus d'échantillons d'urine étaient dégradés, donc impossibles à analyser. Ces échantillons venaient surtout d'athlètes susceptibles d'avoir recours à l'EPO. C'est l'affaire Puerto qui a permis de comprendre ce phénomène.

«Dans le cadre de cette affaire, des produits ont été saisis et parmi ceux-ci figurait une poudre, explique Martial Saugy. Cette protéase était utilisée pour dégrader certains composants dans l'urine, l'EPO en particulier. Il suffisait que l'athlète mette un peu de cette poudre au bout de ses doigts ou sur l'extrémité de son pénis pour que l'urine soit contaminée et que les protéines - l'EPO en est une - soient dégradées. C'est en constatant que les autres protéines étaient également détruites que nous nous sommes rendu compte qu'il y avait une anomalie.»

(...)

Pour le laboratoire lausannois, c'est une découverte, mais Martial Saugy ne la considère pas comme essentielle. «Un tel travail fait partie du quotidien d'un laboratoire, dit-il. En fait, pour avancer dans ces domaines, il faut être proche du terrain. Les saisies faites sur place, comme dans l'affaire Puerto, donnent une idée de la réalité. On se rend compte que les produits dopants classiques sont toujours là et que l'EPO reste le plus utilisé.» (...)

Pour éviter de pouvoir falsifier ainsi les urines, un travail plus important doit se faire en amont des analyses, au moment des contrôles. «L'athlète doit être suivi de manière plus stricte entre le moment où on lui indique qu'il doit passer au contrôle et le contrôle lui-même, souligne Martial Saugy. Il ne sert à rien de procéder à des analyses sophistiquées si on n'est pas extrêmement rigoureux au moment du prélèvement d'urine. (...)»

Lire l'article en entier

Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Lors d'une interview télévisée diffusée sur France 3, le 22 septembre 2006, cette protéase était évoquée par Jesus Manzano sous le nom de poussière de la mère Célestine.


Cette page a été mise en ligne le 28/12/2007.