Actualité du dopage



La justice italienne condamne le sulfureux docteur Ferrari

01/10/2004 - Le Monde

Extraits

(...)

Le médecin sportif italien Michele Ferrari, préparateur de nombreux coureurs cyclistes de renom, a été condamné, vendredi 1er octobre, à un an de prison avec sursis par le tribunal de Bologne pour fraude sportive et exercice abusif de la profession de pharmacien. Le docteur Ferrari, qui s'est notamment occupé de l'Américain Lance Armstrong (...) a été en revanche relaxé du chef d'accusation de distribution de produits dopants dangereux pour la santé, le fait ne constituant pas un délit.

Le 21 septembre, le procureur Lorenzo Gestri avait requis une peine de quatorze mois de prison et une année d'interdiction d'exercer contre le docteur Ferrari, accusé d'avoir administré des substances dopantes à des coureurs de renom, parmi lesquels les Italiens Ivan Gotti et Claudio Chiappucci. L'avocat du médecin, Dario Bolognesi, qui avait plaidé la relaxe de son client, a annoncé son intention de faire appel de cette condamnation.

Par ailleurs, l'ancien médecin de l'équipe cycliste Refin (...), Daniele Tarsi, son directeur sportif Orlando Maini et son président Luciano Rossignoli, qui comparaissaient pour les mêmes chefs d'accusation, ont été relaxés. "Sur le plan humain, je regrette cette condamnation du docteur Ferrari, mais cela prouve que mes déclarations étaient valables et que la justice existe (...)" a commenté le coureur Filippo Simeoni, principal accusateur du docteur Ferrari. (...)

Simeoni (...) a poursuivi affirmant que "tout le monde savait ce qui se passait, mais personne ne disait rien. Moi j'ai parlé et je suis content que ces propos aient été accueillis, surtout après les attaques de Lance Armstrong et d'autres collègues", a précisé Simeoni.

"C'est sûr je ne m'attendais pas à cette sentence, car je suis persuadé de mon innocence dans toute cette affaire" a commenté le docteur Ferrari (...) à sa sortie de la salle d'audience. Ce médecin âgé de 52 ans a grandi dans l'ombre d'un autre grand spécialiste de médecine sportive, le docteur Francesco Conconi. Diplômé de l'université de Ferrare après un commentaire de la thèse du professeur Conconi en 1978, il effectua ensuite sa grande entrée dans le cyclisme de compétition (...) en participant à l'expédition mexicaine de Francesco Moser pour battre le record de l'heure en 1984.

Quelques années plus tard, Michele Ferrari allait s'établir à son compte et se forger une riche clientèle de sportifs de haut niveau tout en devenant le médecin de l'équipe Gewiss. Un scandale retentissant éclata en 1994 après le triplé mémorable de la formation italienne dans la Flèche wallonne (Giorgio Furlan, Moreno Argentin, Evgueni Berzine) et une interview qui laissait penser à une justification d'une consommation modérée d'EPO (érythropoïétine). Pressée par l'opinion publique et les médias, la Fédération de médecine sportive (...) décida de le suspendre pendant un an.

Michele Ferrari, limogé par les dirigeants de Gewiss, fut remarqué ensuite auprès du Suisse Tony Rominger, qu'il aida à battre le record de l'heure. Mais ses apparitions se firent beaucoup plus discrètes sur les courses. Sa collaboration avec Lance Armstrong n'a été ainsi connue que tardivement, en 2001, quand le vainqueur du Tour de France décida de s'exprimer sur le sujet (...).

Les déboires de Michele Ferrari, qui passe pour prélever un pourcentage sur les gains des sportifs avec lesquels il travaille, avaient commencé dès 1999 avec son renvoi devant le tribunal de Bologne (...) pour commercialisation et prescription de produits nocifs pour la santé à de nombreux coureurs. Puis, en février 2002, le docteur Ferrari allait être sanctionné pour violation du règlement antidopage par la commission de discipline de la Fédération italienne, qui l'a interdit de toute manifestation organisée sous son égide.


Lire l'article en entier