L'actualité du dopage



Témoignage à charge contre Michele Ferrari

24/07/2001 - Sportal.fr / Yahoo

Extraits

La presse italienne reproduit ce mercredi les dépositions de Filippo Simeoni. Le coureur de l'équipe Cantina Tollo a été "traité" pendant deux ans par le Dr Ferrari, l'un des médecins de Lance Armstrong.

(...)

Pro depuis 1995 et son arrivée dans l'équipe Carrera, Simeoni a toujours eu l'habitude de prendre des notes sur ses entraînements. Distances, temps, développements mais aussi produits, ceux que lui conseillaient les différents praticiens qu'il a pu consulter dans toute sa carrière.

Mais il y a deux ans, le précieux carnet est tombé entre les mains du juge Soprani, l'un des magistrats chargé d'instruire les dossiers de dopage en Italie. Interrogé par les carabiniers puis par Soprani, Filippo a craqué le 12 juillet 1999. Ce sont ses dépositions que l'hebdomadaire "GQ" reproduit dans sa livraison de mercredi.

"Ma première prise d'EPO date de 1993, j'étais alors suivi par le Dr Santuccione (qui traite actuellement Danilo Di Luca) (...). A partir de 1996, j'ai collaboré avec le Dr Ferrari. "J'aimerais réussir un beau Tour d'Italie et briller sur les courses qui suivent, au mois de juin', lui ai-je demandé. "Si tu veux faire un bon Giro, tu dois prendre de l'EPO. Ensuite, pour augmenter ta force et ta récupération, tu dois prendre de l'Andriol©', m'a-t-il rétorqué. Ferrari, continue Simeoni, m'a également conseillé de maquiller sur mes carnets les noms des substances que je prenais en utilisant par exemple l'astérisque au lieu du mot Andriol©. (...) Ferrari me procurait, via des pharmacies suisses, tous les produits dont j'avais besoin. Il m'expliquait également comment ne pas me faire prendre au contrôle"

"A cette époque, Enrico Zaina et Claudio Chiapucci, les deux leaders de l'équipe, savaient parfaitement ce que je prenais de même que Davide Boifava, le manager."

Cette collaboration entre le médecin et le coureur a duré d'octobre 1996 à juillet 1997. "J'y ai mis fin en remarquant que Ferrari pouvait faire triompher qui il voulait (et pas Simeoni puisqu'il n'a rien gagné en ce temps-là, NDLR) et que je n'entrais pas dans ses plans. J'ai donc décidé de continuer seul." C'est ainsi, probablement, que Simeoni gagna le Regio Tour en 2000 (...).

(...)



Voir le portrait de Michele Ferrari
Voir le portrait de Carlo Santuccione