Dossier dopage



L'UCI durcit le ton

09/03/2007 - Le Figaro

Extraits

L'UCI a présenté à Paris un programme révolutionnaire visant à éradiquer le fléau du dopage. Intitulé «A 100 % contre le dopage», ce plan, financé en partie par les équipes, prévoit notamment des contrôles inopinés urinaires et sanguins sur la totalité des coureurs.

(...)

(...) L'UCI a semble-t-il décidé de prendre le taureau par les cornes. Consciente de l'image désastreuse laissée par les affaires Landis et Puerto, l'Union cycliste internationale entend ne plus jouer les fausses naïves. Les tricheurs auront désormais la vie dure. Souvent reprochée pour son laxisme en la matière, l'UCI a ainsi présenté à Paris un programme antidopage ambitieux qui vise à être le plus efficace tous sports confondus. Et là, pas de querelle de clochers. Ce projet, d'un coût d'un million d'euros, a été établi en concertation avec les organisateurs et les équipes, invitées à financer une partie du plan, à hauteur de 30 000 euros chacune (5 000 pour les équipes pro-continentales, 1 000 pour les équipes continentales).

(...)

Applicable dès cette année, que prévoit ce programme ? En l'occurrence, la mesure principale concerne la multiplication des contrôles hors compétition. Tous les coureurs sans exception auront affaire au moins une fois dans la saison à un contrôle inopiné, urinaire et sanguin. Ces contrôles permettront d'établir ensuite un profil sanguin et stéroïdien de l'ensemble du peloton et la mise en place d'un véritable suivi longitudinal. Les coureurs se sont également engagés par écrit à fournir un échantillon d'ADN dans le cadre d'éventuelles procédures d'identification judiciaire, faisant suite aux 200 poches de sang retrouvées dans le réfrigérateur du docteur Fuentes en Espagne. Les équipes, elles, devront signer un code de bonne conduite qui implique des sanctions plus sévères encore en cas d'entrave à ce règlement. Enfin, pour conserver toute impartialité et éviter la moindre entourloupe, tout cela sera chapeauté par un comité de personnes extérieures au monde du cyclisme, chargé de tenir au secret la confidentialité des résultats.

(...)

La mise en place de ce programme «tolérance zéro» s'inspire en partie des mesures prises à l'automne dernier par les formations T-Mobile et CSC. Menacées de la disparition de leur sponsor suite aux cas Ullrich et Basso, ces deux équipes s'étaient lancées dans une chasse aux tricheurs sans équivalent. Avec l'appui d'experts scientifiques indépendants, CSC a notamment déjà procédé à 300 contrôles internes depuis décembre, tous négatifs. «Notre ambition principale est de montrer que le sport peut retrouver une crédibilité totale et dans le même temps donner l'opportunité aux coureurs de remporter des courses sans être suspectés de dopage. Nous sommes fiers que l'UCI ait approuvé notre programme et nous espérons qu'elle pourra inspirer nos collègues», confiait Bjarne Riis sur cyclingnews. L'envergure de ce programme, le plus ambitieux jamais proposé, donne en tout cas envie de croire à un cyclisme redevenu sain. Cela prendra peut-être du temps. (...)

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 30/4/2007.