Dossier dopage



La France pourrait être le pivot d'une coopération AMA/Interpol

11/05/2008 - tsr.ch avec AFP

Extraits

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé dimanche la signature prochaine d'un accord avec Interpol, tandis que la France, via son secrétaire d'Etat aux Sports Bernard Laporte, a proposé de mettre à disposition un fonctionnaire pour opérer la liaison entre les deux organisatons.

A la demande du mouvement sportif, composante pour moitié de l'AMA avec les autorités publiques, ce sont ces dernières qui devront assumer le coût de cette collaboration destinée à améliorer le partage d'informations en matière de trafics de produits dopants mais également de corruption ou de paris sportifs clandestins.

Envisagée depuis déjà plus d'un an, la concrétisation de cette coopération ne sera pas effective avant novembre, date du congrès général d'Interpol qui doit entériner le projet, a indiqué David Howman, directeur général de l'AMA (...).

Interpol travaille avec un budget limité (65 millions de dollars/42 M EUR) et nous a demandé de financer cette collaboration (estimée à 90.000 dollars/58.000 EUR), a-t-il précisé.

Membre du conseil de fondation (...), Bernard Laporte a indiqué que, "le siège d'Interpol étant basé à Lyon, la France pourrait mettre un fonctionnaire gouvernemental à disposition de l'AMA" afin d'assurer la liaison entre Interpol et l'Agence mondiale.

Une proposition accueillie favorablement par la direction de l'AMA dont le budget est deux fois et demi inférieur à celui d'Interpol.

La présidence française peut avoir un rôle fédérateur au niveau européen dans la lutte contre les trafics, a ajouté M. Laporte (...).

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 20/5/2008.