L'actualité du dopage



France 3 vide les poubelles de l'US Postal

25/11/2000 - Libération - Dino Dimeo

Extraits

Lance Armstrong pourra-t-il longtemps continuer à crier que le dopage dans le cyclisme est un mythe ? Peut-être, mais vendredi soir, ses employeurs ont dû transpirer froid en regardant France 3. La chaîne a en effet choisi de diffuser une partie de l'enquête que ses équipes avaient commencé à tourner durant le Tour de France 2000 (...).

Le reportage montre clairement qu'une voiture banalisée conduite par des membres de l'US Postal quitte le 15 juillet l'hôtel de l'équipe du double vainqueur du Tour à Draguignan, avec deux sacs-poubelle dans le coffre. Trois jours plus tard, ce sont cinq sacs qui sont déposés sur une aire de repos près de Courchevel. Dès que la voiture repart, l'équipe de France 3 vide le contenu de la poubelle. La pêche est miraculeuse : 160 seringues, des compresses, des tampons, des plaquettes de médicaments interdits, dont du Prefolit et de l'Epargiseovit, des adjuvants indispensables pour la fabrication de globules rouges. Sans compter l'Actogevin, ce fameux médicament à base d'extraits de sang de veau spécialement indiqué pour les troubles de la circulation chez les personnes agées et qui augmente, comme l'EPO, la capacité de transport d'oxygène.

Information est prise auprès de Willy Voet, le soigneur de Festina mis en examen dans le procès Festina : "A raison de 4 à 6 injections par jour par coureur, 160 seringues représentent grosso modo la consommation pour trois à cinq jours de course." Face à ce spectacle édifiant, Jean-Marie Leblanc, directeur du Tour de France, convié par les journalistes en temps que premier témoin, se veut sceptique. (...)"Cela me paraît beaucoup. Il y a matière à s'interroger. Mais surtout pourquoi l'équipe américaine n'a-t-elle pas utilisé les conteneurs pour déchets mis en place par la Société du Tour de France?" Oui, pourquoi? Tout le monde se le demande et la justice particulièrement. La procédure à été confiée à la juge Sophie-Hélène Chateau, qui pourra prendre toutes les mesures d'enquête, y compris des commissions rogatoires internationales (les personnels de l'équipe US Postal ne résidant pas en France). L'équipe, de son côté, nie avoir eu recours à des produits interdite. (...) Reste que, cette fois, cela se rapproche du champion de la rédemption.



Voir aussi : Portrait de Lance Armstrong