L'actualité du dopage



Dopage: la justice se rapproche de l'équipe US Postal

24/11/2000 - Libération - Dino Dimeo

Extraits

L'US Postal et son leader Lance Armstrong pourraient bien devoir se défendre devant la justice. Officiellement depuis mercredi soir, une information judiciaire a été ouverte contre X, à propos d'une affaire de dopage présumée visant l'équipe de l'Américain double vainqueur du Tour de France, enquête menée par le parquet de Paris pour «infraction à la loi relative à la prévention de l'usage de produits dopants, incitation à l'usage de produits dopants et infraction à la législation sur les substances vénéneuses» lors du dernier Tour. (...)

Curieusement, outre-Atlantique, une autre affaire vient compléter le tableau au travers d'un procès à l'encontre de la Fédération américaine de cyclisme, qui se déroule actuellement à Denver (Colorado). Greg Strock, ancien coéquipier de Lance Armstrong dans l'équipe nationale junior, accuse l'entraîneur national de 1990, Rene Wenzel, de lui avoir administré, il y a dix ans, des produits interdits (dont de la cortisone ) sans contrôle médical. Les faits remonteraient à 1990, lorsque le coureur n'avait que 17 ans. Strock affirme que la prise à long terme de cortisone est la cause d'un déficit immunitaire qui l'a conduit à arrêter sa carrière. Etudiant en médecine à l'université de l'Indiana, l'ancien coureur avait aussi déclaré lors d'une interview qu'il n'avait aucune raison de croire avoir subi un autre traitement que ses coéquipiers de l'époque. Il y voit également une relation directe avec la maladie d'Armstrong, sans citer le nom de son ancien coéquipier: «Des études médicales ont prouvé que ce virus est en complète corrélation avec un cancer des testicules.» Le champion américain a, quant à lui, toujours démenti formellement avoir pris des produits dopants.



Lire l'article en entier


Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Pour en savoir plus sur les accusation de Greg Strock, on peut se reporter au livre L.A. Confidentiel de Pierre Ballester et David Walsh.