Brève



"Le prochain champion du monde sera dopé" selon un directeur sportif italien

24/09/2008 - myfreesport.fr - Matthieu Sustrac

Extraits

Dans un entretien avec le journal La Stampa, le président de l'équipe Amore e Vita se lâche. L'Italien Ivan Fanini, 57 ans, parle dopage et magouille (...).

Dormez tranquille, le champion du monde sera dopé, déclare Ivan Fanini (...). "Les grands ont quitté la Vuelta pour faire leur cure (de dopage) à la maison. Et si ils ont été intelligents, ils vaincront les contrôles" à Varèse pour les championnats du monde insiste-t-il avant d'ajouter que la Rai devrait ajouter des sous-titres lors de la cérémonie de remise des médailles. Pour le président de l'équipe Amore e Vita, il devrait y avoir inscrit "médaille d'or, coureur dopé, médaille d'argent coureur dopé, médaille de bronze, coureur dopé" en dessous du nom des lauréats.

(...)

Je sais que ce sont des accusations très sérieuses mais c'est ce qui s'est passé durant des années sur les Grands Tours. Un coureur dopé bat un autre coureur dopé. Si vous faîtes les soins appropriés de manière intelligente, les contrôles ne sont pas un problème, ajoute-t-il en expliquant que le retrait des champions pendant la Vuelta n'est qu'un moyen de partir faire une petite cure de dopage. Bettini appréciera le sous-entendu...

(...)

Le cobra Ricardo Ricco en prend lui aussi pour son grade. "Il aurait dû être banni à vie après tant d'épisodes où il a été impliqué", assure Fanini qui révèle aussi que Pantani aurait dû être disqualifié du Giro 1998. Exclu en 1999 pour un contrôle positif, l'Italien avait échangé son échantillon d'urine avec Riccardo Forconi, un ancien coureur de Fanini. "Il est venu tout me dire quelques jours après. Du jour au lendemain, Forconi est devenu propriétaire d'une villa en Toscane", explique l'Italien qui ne veut pas parler d'Ivan Basso et préfère se payer Bjarne Riis. "Que fait un homme comme lui dans le cyclisme ? Il a embrouillé son monde toute sa carrière et quand Sastre gagne à Paris, il trouve le moyen de remercier Manolo Saiz", s'étonne Ivan Fanini qui termine sur une note glaciale.

(...)

Dans ma carrière, quand j'ai vu les morts et que j'ai commencé à les compter, je me suis rebellé, avoue-t-il avant d'indiquer que six de ses anciens protégés sont morts à cause de ce qu'ils avaient pris. En mémoire d'Alessio Galletti, Ryan Cox et Valentino Fois, morts lors des trois dernières saisons et de ceux qui ont sombré dans la toxicomanie, Ivano Fanini dénonce le cyclisme "business et spectacle". (...)

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 28/09/2008