Brève



Le lacet vert, symbole contre le dopage

22/07/2005 - Le Monde

Extraits

Il ne connaît pas le même succès que le bracelet jaune mis à la mode par Lance Armstrong. Aucun coureur ni aucun supporteur ne l'arbore à son poignet. Le lacet vert du numéro Ecoute dopage (0-800-15-2000) est encore un objet confidentiel.

Première sur le Tour de France, on pouvait le trouver, jeudi 21 juillet, à l'arrivée de la 18e étape, sur l'aérodrome de Mende. A un petit stand coincé entre le grand barnum monté par la ville pour recevoir ses invités et une boutique de produits dérivés de la Grande Boucle.

Pour l'obtenir, obligation d'adhérer à la charte "Vivre sport" et à ses quatre grands principes : "Je ne triche pas ni envers moi-même, ni envers les autres" ; "Je fais attention à ma santé" ; "Je sais où et comment m'informer" ; "J'affiche mon engagement en portant le lacet vert" .

"Il n'y a pas de symbole contre le dopage , explique Dorian Martinez, psychologue, fondateur du site dopage.com et coordinateur d'Ecoute dopage. Le Comité national olympique et sportif français avait lancé il y a quelques années un "N" orange pour un sport "net", mais ça n'a eu aucune visibilité."

L'association Vivre Sport est née il y a deux ans dans l'Hérault avec le soutien de la direction régionale de la jeunesse et des sports. Elle rassemble des psychologues, sociologues et médecins. "Nous voulons faire de la prévention en mêlant l'éthique et la santé, précise Dorian Martinez. Les sportifs ne doivent plus pouvoir dire qu'ils ne savaient pas."

La présence sur le Tour leur avait été refusée les années précédentes. Des enfants sont venus réclamer quelques bracelets, mais aucun coureur. "Les sportifs s'engagent contre la mucoviscidose ou d'autres maladies mais pas contre le dopage" , déplore le psychologue.

En deux ans, la charte a reçu environ 2 300 signatures dont celles du champion olympique de canoë Tony Estanguet ou du joueur de tennis Arnaud Di Pasquale. (...)

"Nous voulions pénétrer le Tour de France" , résume Olivier Costes, médecin conseil à la direction régionale de la jeunesse et des sports de Montpellier. "On ne peut pas lutter contre le dopage uniquement avec des bénévoles , constate Dorian Martinez. Il faut que les partenaires du Tour de France se positionnent fortement." Jeudi, à Mende, aucun de ceux-là n'est passé sur le stand pour demander un lacet vert.


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne pour la première fois le 24/7/2005.