Actualité du dopage



Peines de prison ferme prononcées dans le procès du "pot belge"

03/07/2006 - Yahoo / Reuters

Extraits

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a prononcé des peines allant jusqu'à quatre ans de prison dans l'affaire de trafic de produit dopant dit "pot belge" dans le milieu cycliste.

Le principal des 23 prévenus, le soigneur belge Freddy Sergant, fournisseur et importateur du produit, qui a effectué un an de détention provisoire, a été condamné à quatre ans de prison ferme (...).

Laurent Roux, ancien champion cycliste professionnel qui a reconnu au cours du procès avoir pris des produits dopants durant toute sa carrière, a été condamné à 30 mois de prison, dont 20 avec sursis.

A l'encontre de son frère Fabien, ancien coureur amateur, le tribunal a prononcé 24 mois de prison, dont 15 avec sursis.

(...)

Parmi les autres prévenus, l'ancien champion du monde de VTT Christophe Dupouey s'est vu infliger trois mois de prison avec sursis.

L'ancien coureur professionnel Eddy Lembo a été condamné à 16 mois de prison avec sursis.

L'ancien directeur adjoint de l'équipe cycliste AG2R Laurent Biondi a été condamné à trois mois de prison avec sursis.

Les plus petits consommateurs ont été condamnés à 1.500 d'euros d'amende avec sursis.

La plupart des prévenus, dont Freddy Sergant et les frères Roux, ont été condamné à verser solidairement jusqu'à 180.000 euros au total d'amendes douanières, à hauteur de leur responsabilité reconnue par le tribunal.

(...)

Partie civile au procès, la Fédération française de cyclisme (...) a obtenu le versement de 15.000 euros d'amende solidairement par la plupart des condamnés, assortis de 5.000 euros pour les frais de justice.

"Je pense que la peine est relativement importante et que je vais faire appel de la décision", a annoncé Laurent Roux en quittant le tribunal. "Malgré ce qui s'est passé sur le Tour de France, je suis le faire-valoir d'un système totalement corrompu", a-t-il ajouté.

(...)

Pour l'avocat de la FFC, Me Paul Mauriac, "le tribunal a traité cette affaire comme une affaire de trafic de stupéfiants qu'elle est".

(...)

L'affaire avait commencé en 2003 par une enquête préliminaire après un contrôle anti-dopage positif lors d'une course d'amateurs, signalé par la FFC.

L'enquête avait permis un coup de filet en janvier 2005 à Cahors (Lot), Bordeaux, Marseille et Tarbes (Hautes-Pyrénées), ainsi qu'en Belgique.


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 29/7/2006.