Actualité du dopage



Trafic de «pot belge» : le principal pourvoyeur remis en liberté

06/01/2006 - Tageblatt

Extraits

Le Belge Freddy Sergant, principal pourvoyeur de «pots belges» (...) dans une affaire de trafic de stupéfiants et de dopage entre la Belgique et France, a été remis en liberté lundi, a indiqué mardi à l'AFP son avocat.

Freddy Sergant et son épouse Monique, écroués depuis janvier 2005, ont été remis en liberté par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Bordeaux, a précisé l'avocat bordelais Me Gérard Danglade, confirmant une information parue dans le quotidien Sud-Ouest.

M. Sergant, âgé de 63 ans, était le soigneur de l'équipe belge ADR à la fin des années 80.

(...) Cette remise en liberté, notamment motivée par la durée de la détention, a été confirmée de source judiciaire.

(...)

Les époux Sergant étaient les deux derniers prévenus encore incarcérés dans cet important dossier de dopage dans le milieu cycliste, dans lequel 24 personnes sont mises en examen, dont l'ancien coureur professionnel Laurent Roux et l'ancien champion du monde de VTT Christophe Dupouey.

Laurent Biondi, ancien directeur sportif adjoint de l'équipe professionnelle française de cyclisme AG2R et champion du monde de la course aux points (piste) en 1990, est également poursuivi dans cette affaire.

Celle-ci avait débuté par une enquête préliminaire en 2003 après le signalement par la Fédération française de cyclisme suite à un contrôle antidopage positif sur une course amateur.

Elle s'était accélérée en janvier 2005 avec un vaste coup de filet à Cahors, Bordeaux, Marseille, Tarbes, mais aussi en Belgique, où une enquête judiciaire est toujours en cours.

Selon l'accusation, le dossier français porte sur l'importation de produits stupéfiants pour un usage sportif mais également extra-sportif, d'anciens sportifs restant dépendants de ces drogues après avoir arrêté la compétition.

(...)

Plus de 3000 doses de «pots belges» (...) auraient été importées de Belgique et revendues en France par ce réseau entre janvier 2002 et janvier 2005. Les produits venaient des Pays-Bas. Selon l'accusation, ce trafic aurait rapporté 300.000 euros de bénéfice aux époux Sergant.

Les deux juges d'instruction bordelais ont renvoyé l'ensemble des prévenus, soit 24 personnes, devant le tribunal correctionnel, dans une ordonnance prise le 2 novembre.

Mais le parquet a fait appel le lendemain, en raison d'un désaccord sur l'étendue des chefs de mise en examen, notamment concernant l'usage et la cession des produits stupéfiants.

Si la chambre de l'instruction ne décide pas d'investigations supplémentaires, un procès pourrait avoir lieu courant 2006 à Bordeaux.

(...)


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 7/1/2006.