Actualité du dopage

Deux ans de prison requis contre Bernard Sainz, surnommé le « Docteur Mabuse »


30/11/2021 - ouest-france.fr - AFP

Deux ans de prison et 30 000 € d’amende ont été requis lundi 29 novembre à l’encontre du « naturopathe » Bernard Sainz (...) jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour exercice illégal de la médecine et de la pharmacie et incitation au dopage. La décision a été mise en délibéré au 17 janvier.

« M. Sainz soutient avoir (donné aux sportifs) uniquement des conseils nutritionnels, le jeûne notamment C’est vrai, mais il a aussi donné des conseils et des indications sur les protocoles de dopage », a soutenu la procureur dans ses réquisitions.

« Il est dangereux pour la société »

Concernant l’exercice illégal de la médecine, l’infraction « la plus grave », la représentante du parquet a rappelé que Bernard Sainz n’hésitait pas à « conseiller » des « personnes vulnérables », leur demandant parfois « d’arrêter les traitements » préconisés par leur médecin, y compris pour des malades atteints de cancer.

« Sur instructions de M. Sainz, des patients ont menti à leur médecin », a-t-elle déploré. « Imaginons que vous appreniez que vous avez une pathologie qui engage votre pronostic vital. Quelqu’un vous dit : « en buvant ces gouttes, en jeûnant pendant trois jours, en mangeant des pamplemousses vous allez guérir et j’ai quasiment 100 % de réussite » Est-ce que vous n’allez pas, vous aussi, tenter le coup ? », s’est interrogée la procureure. Bien sûr que oui, c’est humain. »

(...)

Soulignant que M. Sainz n’était « plus accessible au sursis » en raison de ses condamnations antérieures, la procureure a (...) souhaité que le prévenu, âgé de 78 ans, soit frappé d’une « interdiction professionnelle définitive » dans le domaine de la santé et sportif.

À l’encontre de l’ancien cycliste Loïc Herbreteau, 45 ans, soupçonné d’avoir mis en relation des sportifs avec M. Sainz, la procureure a requis neuf mois de prison avec sursis, assortis d’une amende de 5 000 €, pour « aide à l’usage de produits dopants ».

« Le dossier est vide » selon la défense

Le ministère public a demandé six mois de prison avec sursis et 8 000 € d’amende contre l’ancien acteur Pierre-Marie Carlier, 56 ans, jugé pour avoir mis son fils Alexis, coureur cycliste semi-professionnel, en contact avec Bernard Sainz « en vue d’améliorer ses performances sportives ».

De son côté, la défense a plaidé que « le dossier est vide », en avançant que M. Sainz « a laissé croire » dans les pelotons qu’il avait des produits dopants c’était pour ne pas perdre sa réputation de gourou. En fait, a dit Me Hector Bernardini, son client demandait uniquement aux cyclistes de « respecter une hygiène de vie extrêmement stricte ». Le langage codé pour parler de produits dopants relève « du fantasme », a dit l’avocat. « Tout repose sur des on-dit ».

(...)


Lire l'article en entier



Sur le même sujet


A voir aussi


Cette page a été mise en ligne le 30/11/2021