Actualité du dopage



Tour de France: l'état sanitaire du peloton serait meilleur

27/06/2005 - Yahoo / Reuters

Extraits

Mario Zorzoli, le responsable médical de l'Union cycliste internationale, constate un meilleur état sanitaire du peloton à l'approche du Tour de France, dont le départ sera donné samedi.

Zorzoli avait été un acteur majeur du départ du Tour de France l'an dernier (...), où il avait annoncé une série de nouvelles procédures permettant de combattre plus efficacement le dopage.

Cette année, il se contente de peaufiner le système en cours en attendant la validation scientifique de la méthode permettant de détecter les auto-transfusions sanguines.

"Il n'y a en effet rien de nouveau", dit-il. "Nous avons seulement introduit un nouveau paramètre dans le contrôle sanguin en fixant un taux de réticulocytes à 0,2%".

Explication: "Les réticulocytes sont des globules rouges jeunes. Les premiers qui apparaissent quand la moelle épinière produit des globules rouges sont les réticulocytes. Chacun d'entre nous est génétiquement prédisposé à un nombre de globules rouges.

"Quand il y a recours à un moyen exogène (transfusions, EPO), le nombre de globules rouges est plus élevé que ce qui est prévu par la nature. L'organisme constatant qu'il en a trop s'autorégule et diminue la production de ses réticulocytes. Chaque jour 1% des réticulocytes meurt naturellement mais l'organisme en renouvelle 1%. Le nombre des réticulocytes diminue si le corps est atteint d'une maladie ou s'il y a manipulation.

"Le taux de 0,2% nous semble être un seuil minimal. Arrêter un coureur dont le taux de réticulocytes est inférieur à 0,2% est une mesure sanitaire et cela permet aussi de contrarier le recours aux auto-transfusions. C'est dissuasif".

Mario Zorzoli est sûr d'une chose, l'état sanitaire du peloton est bien meilleur qu'en 2004. Il y a un an il avait annoncé que l'UCI était en mesure de détecter les homo-transfusions (transfusions de sang fournies par un donneur compatible), les hormones de croissance et toutes les formes d'EPO.

Dans la foulée, le coureur basque Gorka Gonzalez (Euskaltel) avait été jugé inapte au départ du Tour de France. Un mois plus tard, l'Américain Tyler Hamilton (Phonak) était confondu aux Jeux olympiques d'Athènes (...).

En septembre, lui et son équipier Santiago Perez étaient convaincus, pendant la Vuelta, d'avoir pratiqué des homo-transfusions.

"Sur le nombre de contrôles que nous faisons", insiste le médecin italien, "il est évident que le nombre d'athlètes utilisant l'EPO en compétition est en baisse. S'il y en a qui en ont besoin en décembre pour s'entraîner, nous ne pouvons le savoir.

"Il est théoriquement possible que des coureurs utilisent l'EPO et conservent leur sang pour effectuer des transfusions en compétition mais très peu de centres sont capables de conserver le sang aussi longtemps (...)".

Il reste que l'actualité a été meurtrie il y a une dizaine de jours par la mort brutale de l'Italien Alessio Galletti en course.

(...) Les résultats de l'autopsie ne sont pas connus mais les circonstances de sa mort (...) ont rappelé le malaise dont avait été victime en juillet 2003 Jesus Manzano, passé ensuite aux aveux.

"Je suis obligé d'attendre le rapport d'autopsie", dit à son sujet Mario Zorzoli. "Je dois quand même rappeler qu'à partir de 35 ans, la première cause de mort subite est la maladie coronarienne. Alessio Galletti avait 37 ans et la pratique du sport de haut niveau et la nécessité d'une bonne hygiène alimentaire n'ont peut-être pas été suffisants pour empêcher le drame. S'il a eu recours à une transfusion sanguine, le rapport nous le dira.".

Mario Zorzoli rappelle enfin l'existence d'une liste noire établie à partir des contrôles pratiqués depuis plusieurs années.

"Certains coureurs sont très surveillés, contrôlés très souvent mais je suis optimiste. La lutte est difficile mais nous obtenons des résultats significatifs".


Lire l'article en entier

Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Contrairement à ce qui est indiqué dans cet article, les hormones de croissance sont toujours indétectables.



Cette page a été mise en ligne pour la première fois le 3/7/2005.