Actualité du dopage



Les transfusions détectées sur le Tour, pas l'hormone de croissance

23/06/2005 - Yahoo / AP

Extraits

La méthode de détection des transfusions sanguines ayant permis de confondre le cycliste américain Tyler Hamilton sera utilisée cet été pendant le Tour de France (...), mais l'hormone de croissance ne sera pas dépistée (...).

Le Laboratoire national de dépistage du dopage (LNDD) a désormais les moyens de déceler les transfusions homologues (donneur de même groupe sanguin et de même rhésus). "Il s'agit de la méthode mise au point et développée pour la première fois à Athènes pendant les Jeux olympiques", a expliqué jeudi à l'Associated Press le directeur du LNDD, Jacques de Ceaurriz. "Elle a d'abord été appliquée par le laboratoire de Lausanne. C'est le cas Hamilton".

Tyler Hamilton a été le premier athlète reconnu coupable de dopage par transfusion sanguine. Il a été testé positif le 11 septembre lors d'une épreuve disputée en Espagne, un mois après avoir remporté la médaille d'or du contre-la-montre des Jeux d'Athènes.

(...)

L'an passé sur le Tour de France, l'introduction de contrôles antidopage sanguins en plus des traditionnels contrôles urinaires avait permis de dépister les hémoglobines modifiées. "Ce sont des substituts sanguins", explique De Ceaurriz. "Que ce soient des transfusions ou des hémoglobines modifiées, ça revient au même: ce sont des transporteurs d'oxygène".

En revanche, l'hormone de croissance ne pourra pas être dépistée pendant le Tour, en raison d'un retard "qui est conjoncturel". L'hormone de croissance, souvent associée à la prise d'anabolisants ou d'EPO, potentialise l'effet d'autres agents dopants.

"Ça a été fait aux Jeux d'Athènes", a poursuivi le patron du LNDD. "C'est une méthode immunologique et nous connaissons un problème d'approvisionnement d'anticorps au niveau mondial. Ce qui repousse donc légèrement son application à l'échelle internationale. La méthode existe, mais la question est de disposer d'anticorps de façon constante".

Les anticorps devaient être prêts pour la fin du premier semestre 2005 mais un léger retard a été pris. Toutefois, les prélèvements effectués sur le Tour seront conservés trois mois et les tricheurs pourraient être punis a posteriori, une fois les anticorps disponibles.

(...)

Selon le directeur du laboratoire, qui a participé mercredi à une réunion au ministère des Sports sur la stratégie antidopage pendant le Tour, environ 150 contrôles urinaires et 40 contrôles sanguins devraient être effectués cette année.

"On progresse toujours un peu", a ajouté M. De Ceaurriz, interrogé sur les avancées de la lutte antidopage. "Moins qu'on le voudrait, mais ça progresse. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de révolution que ça ne progresse pas. Cette année, on ajoute les transfusions. L'harmonisation est en voie, mais pas achevée".


Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne pour la première fois le 24/6/2005.