Actualité du dopage



Poursuites à l'encontre du cycliste Vandenbroucke

13/01/2004 - Yahoo / AFP

Extraits

La chambre du conseil du tribunal de Termonde (nord) rendra le 27 janvier sa décision de renvoyer ou non (...) Frank Vandenbroucke devant le tribunal correctionnel (...).

(...)

A la sortie du tribunal, les avocats du coureur ont expliqué que Frank Vandenbroucke demande lui la "suspension du prononcé" dans le cadre de cette affaire qui avait débuté en février 2002 après la découverte de produits interdits lors d'une perquisition au domicile du coureur.

(...)

Les avocats du coureur estiment que l'on peut simplement reprocher à leur client la détention de morphine, mais que c'est insuffisant pour le poursuivre devant un tribunal correctionnel.

Ils ont par ailleurs souligné mardi que, si les huit autres produits découverts chez VDB (notamment de l'EPO et du Clenbutérol) sont bien des substances interdites par la législation flamande sur le dopage, le coureur avait déjà été suspendu dès juillet 2002 pendant six mois pour ces faits.

Or, en Belgique, un justiciable ne peut être puni deux fois pour les mêmes faits (...).

Le 27 février 2002, la police de Termonde avait découvert au cours d'un contrôle de routine des produits suspects dans la voiture du soigneur français Bernard Sainz, connu dans le peloton sous le sobriquet de "docteur Mabuse".

Une perquisition avait été menée chez Vandenbroucke car Bernard Sainz y avait passé la nuit. La police avait à cette occasion découvert de l'EPO, du Clenbutérol et de la morphine.

(...)


Lire l'article en entier
Le verdict du tribunal