Actualité du dopage



Procès-verbaux accablants: Museeuw a pris de l'EPO

08/01/2005 - La Libre Belgique - Eric de Falleur

Extraits

Bas les masques! Des procès-verbaux du parquet de Courtrai (...) il ressort que Johan Museeuw a pris en 2003 de l'Aranesp et de l'EPO. (...) Ces procès-verbaux reproduisent le contenu de fax, de mails, de SMS échangés entre Johan Museeuw et le vétérinaire José Landuyt. (...) «Il est établi que Johan Museeuw a certainement pris de l'aranesp et de l'EPO!» a conclu le parquet flandrien qui instruit depuis deux ans l'affaire d'un trafic présumé de produits dopants dans les milieux hippiques, cyclistes et colombophiles. Une affaire dite Landuyt-Versele du nom du vétérinaire courtraisien José Landuyt, au centre du dossier, et du soigneur gantois Herman Versele.

On se souviendra que le 4 septembre 2003, une vague de perquisitions, effectuées notamment au domicile de plusieurs coureurs (Johan Museeuw, Jo Planckaert, Chris Peers, Mario De Clercq...) (...) avaient révélé au grand jour une enquête qui durait depuis plusieurs mois. Durant lesquels des écoutes téléphoniques avaient été effectuées (...).

Se croyant totalement à l'abri, Museeuw and co auraient alors commis l'erreur de communiquer par fax, mails et SMS notamment.

(...)

La publication de ces procès-verbaux survient le jour même, et ceci n'est sans doute pas un hasard, où le tribunal de Bruxelles avait inscrit à son rôle l'assignation introduite par Johan Museeuw à l'encontre de la RLVB en annulation de la décision de la commission disciplinaire du vendredi 8 octobre dernier, qui, dans le cadre de cette affaire, le condamnait à une suspension de quatre ans, dont deux fermes. (...) A la demande de certains coureurs, et notamment Johan Museeuw, toutes les audiences s'étaient tenues à huis clos.

(...)

(...) C'est bien sur la forme et non le fond de l'affaire que Museeuw et son avocat comptaient argumenter pour essayer de faire invalider par la justice la sanction de la RLVB. Mais malheureusement pour lui, l'étau semble se resserrer autour de l'ancien coureur de Gistel.

Car désormais, le doute n'est plus permis, le Flandrien, qui n'a jamais avoué, contrairement au vétérinaire Landuyt (qui s'est rétracté depuis lors), est bien plus impliqué et sali qu'il ne veut le reconnaître. Et les récents propos et accusations de Jacques Rogge, le président du CIO, à son encontre, prennent aujourd'hui une plus grande force.

(...)


Lire l'article en entier