Philippe Gaumont

Un dossier de cyclisme-dopage.com



Repères




Ceux qu'il épargne

Dans son livre Prisonnier du dopage, Philippe Gaumont estime que la plupart des coureurs se dopent. Il cite néanmoins quelques coureurs qui sont propres, à ses yeux.



Sentiment de culpabilité

Dans son livre Prisonnier du dopage, Philippe Gaumont décrit très bien le sentiment de culpabilité qui accable le coureur dopé : "La culpabilité existe. On a beau se cacher (...), on est rattrapé par le poids de la tricherie à chaque fois qu'on se pique, seul, chez soi, sur son canapé. (...) Ce n'est pas vraiment la tricherie envers les autres qui nous tracasse, car à mes débuts, cela faisait partie du métier et tout le monde le faisait. Non c'est plutôt la tricherie envers soi-même. On essaie de se dire que ce ne sont pas les produits qui font avancer, on se répète qu'on a quand même des capacités hors du commun, mais le doute est la. C'est un des effets pervers du dopage. On ne sait jamais qui on est vraiment car on repousse des limites qui ne sont pas les nôtres." Plus loin, il poursuit : "Les dégâts du dopage ne se limitent pas à la santé et à l'éthique. (...) Maintenant que j'ouvre les yeux, je réalise que je ne sais pas quel sportif j'étais vraiment. (...) Le dopage est un mensonge permanent. Pendant dix années, en cédant a cette tentation, j'ai fui un des buts essentiels de la vie : se connaître. Et c'est sûrement cela le plus grave.".



Il a dit



Ils ont dit de lui



En savoir plus