Actualité du dopage



Un moteur découvert dans un vélo lors d'une course amateur

01/10/2017 - sudouest.fr - avec AFP et rédaction de Périgueux.


Un cycliste a été confondu ce dimanche lors d'une course à Saint-Michel-de-Double, en Dordogne. Selon la FFC, il s'agit du premier cas de dopage mécanique révélé en France.

(...)

Opération menée sur "suspicion de tricherie"

Cette découverte est intervenue au cours d'une opération conjointe menée sur "suspicion de tricherie" par le parquet de Périgueux, la Fédération française de cyclisme (FFC) et le correspondant régional de l'Agence française de lutte contre le dopage, l'ancien coureur professionnel français Christophe Bassons, lors d'une course amateur organisée à Saint-Michel-de-Double, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Périgueux.

Ce coureur licencié dans un club périgourdin est âgé de 43 ans. Il s'était fait remarquer la semaine dernière lors d'une course aux Eyzies, où sa soudaine faculté à monter les côtes avait impressionné.

L'enquête doit évaluer les primes gagnées illégalement

Il "a été contrôlé à l'arrivée" et "a reconnu utiliser ce système interdit", a expliqué le procureur de la République de Périgueux, Jean-François Mailhes. En fin d'après-midi, le coureur était auditionné par les gendarmes qui tentaient de reconstituer son parcours sportif et d'évaluer le "montant des primes" qui ont pu être perçues grâce à ce "système illégal".

Le président de la FFC a "très peur pour le monde amateur"

S'il s'agit d'une première en France, la découverte d'un moteur dans du matériel de cyclistes amateurs n'est pour autant pas anodine pour Michel Callot, successeur à la tête de la FFC de David Lappartient (...).

"Ma crainte est que l'on trouve ce genre de tricherie assez facilement dans le monde amateur parce que les technologies deviennent accessibles et que l'on n'a pas les mêmes moyens de détection que dans le cyclisme professionnel", a réagi Michel Callot. "J'ai alerté le ministère et l'UCI pour que l'on dote nos régions de moyens de détection. J'ai très peur pour le monde amateur", a-t-il poursuivi.

"Le barème pour ce genre de fraude peut se chiffrer en années de suspension", a commenté Michel Callot. Sur le plan pénal, le coureur fautif peut également être poursuivi puisqu'il existe depuis 2012 un délit de fraude sportive dans le Code pénal français

Selon la FFC, il s'agit du premier cas de dopage mécanique révélé en France.

Lire l'article en entier

Aller plus loin

Article suivant : 02/10/2017 - Moteur dans le vélo : "je ne l'ai pas fait pour l'argent" affirme le cycliste accusé de tricherie



Cette page a été mise en ligne le 02/10/2017