Actualité du dopage



Les "pots belges" refont surface

08/06/2007 - La Libre Belgique avec Belga

Extraits

(...) Une nouvelle affaire éclate hier en Belgique avec 10 perquisitions (...), des saisies de substances (notamment du fameux pot belge, trouvé chez le Carolo Herinne) et l'interpellation de 13 suspects (dont Johan Molly, un des soigneurs de la Quick Step, et de cinq coureurs au moins). L'affaire résulte des déclarations fin septembre 2006 du sénateur et ancien entraîneur de l'équipe de Belgique de judo Jean-Marie De Decker. Sans citer de noms, De Decker avait affirmé que trois coureurs belges importants avaient suivi des cures de dopage en février 2006 en Italie pour un montant de 24000 euros. Pour autant, le premier bilan de l'opération menée hier est loin du compte : les coureurs inquiétés sont tous de second ordre et, Molly excepté, ils n'ont rien à voir avec l'équipe de Patrick Lefevere et Tom Boonen !

Fin septembre, De Decker remet 20 noms au magistrat fédéral (...) Johan Sabbe, entre-temps nommé procureur du Roi à Gand. L'enquête a consisté à en cibler quatre et à les placer sous écoutes longue durée. Pendant plusieurs semaines, des conversations furent enregistrées et des sms interceptés. Il y est question, dans un langage parfois codé, de contacts dans des endroits discrets et à des heures impossibles. Des rendez-vous fixés "au coin d'un bois" pour "manger des gaufres" ou "donner une roue".

Un nom revient : celui de Johan Molly, soigneur professionnel chez Quick Step-Innergetic. Un nom connu. (...) C'est l'homme indispensable, qui sait, prépare et s'occupe de tout, y compris des bidons. Johan Molly a soigné Dufaux, Mercado, Virenque. Chez Quick Step-Innergetic, Tom Boonen. Mais Molly n'est pas le soigneur attitré de l'ancien champion du monde.

Le parquet de Courtrai parle de perquisitions fructueuses et de la saisie d'importantes quantités de produits dopants dans plusieurs maisons. La filière ne se méfiait pas : la police fédérale savait à l'avance ce qu'elle allait trouver et où !

Outre Molly, l'enquête concerne aussi, comme auteur ou co-auteur impliqué dans le trafic de substances, les coureurs :

Rik Coppens (38 ans, rien à voir avec le légendaire Soulier d'Or des années 1950, pro quatre ans de 92 à 95 chez Collstrop puis Zetelhallen).

Patrick Schurm, un espoir.

David Windels (38 ans, qui a été pro un an au début des années 90 chez Collstrop et couru ensuite chez les amateurs jusqu'en 2005).

Kevin Claeys (19 ans, un spécialiste des kermesses flamandes (...)).

Pierre Herinne, (...) 38 ans, (...) qui a disputé quatre saisons pro chez Lotto de 92 à 94 (chez Jean-Luc Vandenbroucke qui fait toujours l'objet d'une demande de renvoi dans un dossier du parquet de Tournai) puis chez Cédico - Ville de Charleroi en 96. (...)

En 2006, Pierre Herinne contrôlé positif à l'EPO était suspendu pour 2 ans. Selon nos infos, c'est chez lui que la police fédérale a réalisé, hier, ses plus belles prises : des pots belges (...) ont été trouvés. L'enquête cherche d'ailleurs à remonter la filière. Enfin, son cas pourrait faire l'objet d'un dossier séparé dont se chargerait le parquet de Charleroi.

Pour autant, tous, à ce stade, sont présumés innocents. Les auditions se poursuivent. Le juge Allegaert a 24 heures (portées à 48 h s'agissant de Pierre Herinne) pour décider d'éventuellement inculper, libérer, ou arrêter.

Lire l'article en entier

Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Rik Coppens avait été suspendu 2 ans pour dopage en 2003.


Cette page a été mise en ligne le 8/6/2007.