Actualité du dopage



Deux anciens coureurs accusent la Fédération américaine de cyclisme

22/04/2004 - Le Monde - Stéphane Mandard

Extraits

Membres, tout comme Lance Armstrong, de l'équipe juniors des Etats-Unis en 1990, Greg Strock et Erich Kaiter, tous deux malades, affirment avoir, à leur insu, consommé des produits interdits.

L'équipe américaine juniors de cyclisme - à laquelle appartenait Lance Armstrong - a-t-elle été dopée en 1990 ? Après Greg Strock, en 2001, un autre ancien coureur de cette sélection, Erich Kaiter, accuse aujourd'hui la Fédération américaine de cyclisme (USAC) de leur avoir administré des produits dopants sans les avertir.

Atteint de la maladie de Crohn - inflammation chronique de l'intestin pouvant dégénérer en cancer -, l'ex-coureur, âgé de 32 ans, a déposé une plainte au civil devant la cour de justice du Colorado (...). L'ancien coureur est persuadé que sa maladie est liée aux substances que lui ont injectées ses entraîneurs lorsqu'il était junior.

En 1990, les entraîneurs nationaux de l'équipe américaine se nomment Chris Carmichael et René Wenzel. Le premier continue à être présenté par Lance Armstrong comme son préparateur personnel. Dans son ouvrage, Mon programme de forme et d'entraînement (Ed. L'Archipel, 2003), le quintuple vainqueur du Tour de France en fait la clé de son "ascension vers les sommets".

Le second s'enorgueillit aujourd'hui d'avoir notamment veillé à la carrière de George Hincapie, fidèle équipier de Lance Armstrong au sein de l'US Postal et ancien membre, lui aussi, de l'équipe nationale juniors.

La plainte accable surtout René Wenzel. Erich Kaiter, qui a mis prématurément un terme à sa carrière en 1992, en raison de l'apparition des premiers symptômes de sa maladie, raconte que l'entraîneur l'incitait à prendre chaque jour, pendant toute la saison 1990, de 3 à 6 comprimés de Motrin, un anti-inflammatoire prescrit généralement contre les arthrites ou les rhumatismes. Il ajoute qu'aux championnats du monde, en Angleterre, il recevait une à trois injections tous les jours, de la caféine en suppositoire, avec l'assurance de René Wenzel que c'était légal et sans risque pour leur santé. Du 8 au 22 juillet 1990, il assure avoir reçu entre 42 et 48 injections d'une substance présentée comme des extraits de cortisone.

A chaque fois, explique Erich Kaiter, René Wenzel aurait présenté ces substances comme des "vitamines" (...). En août 1990, le coureur voit cependant apparaître des traces de sang lorsqu'il fait sa toilette hygiénique. Dans un premier temps, il pense qu'elles sont dues aux longues heures passées sur le vélo. Ce n'est que dix ans plus tard, en retrouvant son ancien coéquipier Greg Strock, devenu médecin après avoir lui aussi arrêté le vélo à cause de graves problèmes de santé, qu'Erich Kaiter fait le rapprochement entre sa maladie et les produits qu'on lui a administrés.

En janvier 2003, un diagnostic confirme qu'Erich Kaiter est atteint de la maladie de Crohn. Plusieurs médecins certifient que ce mal résulte des produits absorbés lorsqu'il courait avec les juniors américains, et notamment de l'association entre les corticoïdes et un anti-inflammatoire non stéroïdien comme le Motrin.

Par ailleurs, selon des pièces qui viennent d'être versées au dossier, les témoignages de deux autres anciens membres de l'équipe juniors de 1990, David Francis et Gerrik Latta, viennent appuyer les déclarations d'Erich Kaiter et Greg Strock. Ils confirment notamment les injections répétées et autres pilules glissées dans les barres énergétiques.

René Wenzel et la Fédération américaine continuent de nier (...). Fin 1992, l'entraîneur est pourtant écarté par l'USAC - officiellement pour "restructuration" - après le contrôle positif d'un de ses coureurs, champion du monde juniors un an plus tôt. Mais, quand, en 1993, commence à courir la rumeur que René Wenzel aurait dopé des juniors, elle est démentie par Chris Carmichael, devenu le responsable de l'équipe américaine. Et quand, en septembre 2000, un médecin du Comité olympique américain (USOC) déclare, lors d'une émission télévisée sur CBS, que le patron de la fédération lui a confié que René Wenzel avait été remercié pour avoir dopé les juniors, l'USAC ne tarde pas à démentir en avançant une mauvaise interprétation des propos rapportés.

(...)

Le procès (...) devrait s'ouvrir avant la fin 2004. "Nous espérons que le procès se tiendra juste avant ou pendant les Jeux olympiques pour qu'il bénéficie d'une exposition maximale et permette ainsi d'empêcher le dopage d'autres jeunes athlètes", a expliqué au Monde John Kenneth Pineau, l'avocat d'Erich Kaiter et de Greg Strock. (...) Cet avocat compte également parmi ses clients Wade Exum, l'ancien directeur de la commission antidopage de l'USOC. Au printemps 2000, celui-ci avait dévoilé que l'USOC avait couvert plus d'une centaine de contrôles positifs - dont 19 concernant des médaillés olympiques - depuis 1988 et "délibérément encouragé le dopage sans considérer les risques médicaux encourus par les athlètes".


Lire l'article en entier