Actualité du dopage



Ouverture du procès Béon, hier à Rennes La course aux amphétamines

04/12/2002 - letelegramme.fr


La première journée d'audience de l'affaire des « pots hollandais » et des « pots belges » devant le tribunal correctionnel de Rennes a été consacrée à l'interrogatoire des prévenus qui, en tentant de minimiser l'importance des trafics, ont dans l'ensemble reconnu les faits qui leur sont reprochés. L'affaire Béon avait débuté le 30 octobre 2000 par un contrôle des douaniers de Mons-en-Bareuil (Nord), dans une zone de transit, d'un colis de 30 flacons contenant de la caféine et des amphétamines et adressé près de Rennes à la mère de Patrick Béon, qui en avait déjà reçu cinq ou six. Hier, l'ancien coureur cycliste professionnel, 52 ans, a expliqué qu'après une brillante carrière d'amateur, «au bout de deux ans chez les professionnels, j'ai commencé à prendre des amphétamines comme on en prenait à cette période-là», soit au début des années soixante-dix. «On en prenait surtout pour les critériums d'après Tour de France, là où il n'y avait pas d'assistance médicale».

(...)

Devenu commercial, l'ancien coureur abandonne les amphétamines en 1980 pour en reprendre en 1995 et initiera même son fils Nicolas en lui administrant sa première injection. Il achète d'abord auprès de Serge Dégnati pour sa consommation personnelle, qu'il paie grâce à un peu de revente, avant sa rencontre lors des championnats du monde de 1997, en Hollande, avec Pete Boot qui deviendra son principal fournisseur. Une pause de sept mois aura lieu en 1998 avec l'affaire Festina. (...) Son frère Gérard, 53 ans, a lui aussi débuté au début des années soixante-dix alors qu'il était coureur amateur. «Quand on a goûté aux amphés, on aime, et quand l'occasion se représente, on en reprend» a précisé le vendeur de cycles qui s'est occupé pendant dix ans de jeunes cyclistes à Cesson-Sévigné. «Je n'ai pas l'impression d'avoir participé à un trafic de stupéfiants» ajoute-t-il, avant de regretter son erreur. «Avec cette connerie, le sport cycliste va encore être entaché. Je n'en suis pas fier». Serge Dégnati, 39 ans, servait une dizaine de consommateurs. Il s'approvisionnait à Lille auprès de Philippe Tomasina, 42 ans, ex-coureur amateur devenu mécanicien qui obtenait ses «pots» auprès de l'ex-coureur belge Albert Delrue.

(...)

L'ancien infirmier Jean-Yves Verger, 46 ans, aurait été initié à Brest en 1996 lors d'une fête. En 1997, il achète une partie du stock de Loïc Le Flohic (100 pots achetés 152€ l'unité). Entre octobre 1997 et octobre 2000, il aurait acheté 360 pots à Patrick Béon. «Il y avait un défilé permanent à la maison. Les transactions se faisaient dans la cave et les clients se piquaient sur place» a témoigné sa femme. Ancien coureur amateur, Bruce Péan, 38 ans, était aussi client de Patrick Béon qui avait été son directeur sportif à Cesson-Sévigné tout comme Christian Cornic, 46 ans, ancien coureur amateur (...). Sébastien Guénée, 29 ans, exploitant un bar tabac, a été initié en 1996 par Stéphan Ravaleu, 28 ans, qui lui a administré sa première injection. «J'ai commencé quand j'ai su que je ne serais jamais coureur professionnel». L'ancien pro Roland Le Clerc, 39 ans, a été usager et petit revendeur tout comme Philippe Jousseaume, 31 ans, alors que Yann Dejan, 27 ans s'est contenté d'acheter de transporter et d'utiliser le produit dopant qui, comme l'a révélé l'affaire Festina, contient de la caféine et des amphétamines, mais aussi de la cocaïne et de l'héroïne.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 19/05/2017