L'actualité du dopage



Le verdict de la "Bretagne-Connexion"

Mise à jour le 1er novembre 2006 - cyclisme-dopage.com


13 personnes ont été prévenues et ont comparu au procès de Rennes qui s'est déroulé en Décembre 2002 en première instance et en juin 2003 en appel.

Patrick Béon : Frère de Gérard, agé de 52 ans, ancien coureur professionnel (vainqueur de l'Etoile de Bessège 1975 et du Critérium de la Route 1976). Responsable commercial dans la société Bollé, fabricant de lunettes très implanté dans le cyclisme. Il est responsable de contrats signés avec des coureurs professionnels ou amateurs. Accusé d'avoir vendu 750 pots belges, il a été condamné à trois ans d'emprisonnement dont deux avec sursis en première instance, ramenés à 6 mois ferme et 30 avec sursis en appel. La vente d'environ 400 pots belges lui aurait rapporté entre 400.000 et 450.000 F.

Gérard Béon : Frère de Patrick. Après une carrière honnête chez les cyclistes amateurs, il a monté une belle affaire de commerce de cycles à Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine) où il est conseiller municipal. Mis en examen pour infractions à la législation sur les produits stupéfiants, il a été condamné à une peine de 10 mois de prison avec sursis.

Nicolas Béon : Fils de Patrick, ancien coureur cycliste. Il a été initié au pot belge par son père, Patrick Béon. Mis en examen pour infractions à la législation sur les produits stupéfiants, il a été condamné à une peine de 4 mois de prison avec sursis.

Sébastien Guénée : ancien coureur amateur de Jean Floch et de Saint-Quentin, puis professionnel stagiaire, chez Chazal-MBK-König. Il a affirmé avoir été inité au pot belge lors d'un "baptême" organisé par Jacky Durand. Il a été condamné à une peine de quatre mois de prison avec sursis.

Stéphane Ravaleu : ancien coureur pro chez Big Mat Auber, Il a affirmé avoir été inité au pot belge par Erwann Menthéour. Devenu consommateur, il affirme en avoir cédé à gratuitement à son frère Freddy, à Sébastien Guénée et à Erwann Menthéour. Il a été condamné à une peine de dix mois de prison avec sursis, ramenés en appel à trois mois.

Philippe Jousseaume : ancien coureur devenu marchand de cycles, il a été condamné à une peine de dix mois de prison avec sursis.

X (1) : ancien coureur puis directeur sportif d'un club de Vannes, ami d'enfance de Jean-Yves Verger, il a été condamné à une peine de quatre mois de prison avec sursis. Il a affirmé avoir été à plusieurs reprises chez Jean-Yves Verger, accompagné de coureurs de son club, pour consommer du pot belge.

Leclerc Roland : ancien coureur professionnel, devenu propriétaire d'un bar, il a été condamné à une peine de dix mois prison avec sursis.

Bruce Péan : ancien coureur professionnel, il a été condamné à une peine de dix mois de prison avec sursis.

Christian Cornic : ancien coureur amateur, ami de Patrick Béon, qu'il aidait dans son trafic, il consommait des pots belges pour améliorer ses performances. Il a été condamné à une peine de dix mois prison avec sursis.

Serge Degnati : conducteur à la RATP, ancien mécano, ami de Pascal Chanteur, revendeur de pots belges, il a été condamné à trois ans d'emprisonnement dont deux avec sursis, peine ramenée à huit mois fermes et vingt-huit avec sursis en appel. Au cours du procès en première instance, il a affirmé avoir vendu du pot belge à Erwann Menthéour, Pascal Chanteur et des cyclistes du club d'Aubervilliers.

Jean-Yves Verger : infirmier libéral, époux d'Isabelle Nicoloso, un des principaux client de Patrick Béon, il revendait des pots belges. Il a affirmé avoir été inité au pot belge par Erwann Menthéour, tandis qu'il se serait procuré sa première dose auprès de l'ancien coureur professionnel Loïc Le Flohic. Parmi ses principaux clients, figurent Y. D. (1) et Dominique Lefrançois. Il a été condamné à trois ans d'emprisonnement dont deux avec sursis, peine ramenée à huit mois fermes et vingt-huit avec sursis en appel.

Philippe Tomasina : mécano de l'équipe AG2R a été condamné à 30 mois de prison dont 20 avec sursis, peine ramenée à huit mois fermes et vingt-huit avec sursis en appel. Consommateur, il a affirmé se fournir auprès d'Albert Delrue (ancien coureur professionnel, directeur sportif d'un club belge) et revendre pour "arrondir ses fins de mois".




Isabelle Nicoloso (cycliste encore en activité au moment du procès) a également été entendue dans le cadre de ce dossier mais n'a été ni mise en examen ni renvoyée devant le tribunal.


(1) A la demande de l'intéressé, le nom et le prénom de cette personne a été retiré. Ceci ne remet nullement en cause l'exactitude des informations mentionnées ici.


Voir aussi

Notes de lecture Acheter ce livre sur amazon.fr