ICCD : Indice de Confiance Cyclisme-Dopage.com

Israel - Premier Tech - Saison 2022


Mise à jour le 27/07/2022

Sommaire

Introduction

Israël - Premier Tech est une jeune équipe puisqu’elle est apparue dans les pelotons en 2015 seulement. Financée par le milliardaire canadien Sylvan Adams, elle a fait un gros coup en recrutant en 2021 le quadruple vainqueur du Tour, Chris Froome. Son salaire (on parle de cinq millions d’euros annuel) n’est guère rentabilisé puisqu’il traîne sa misère depuis qu’il a revêtu le maillot blanc et bleu, visiblement incapable de se remettre de sa grave chute au Dauphiné 2019. Dans la première ascension du Ventoux, sur le Tour de France 2021, il a été distancé du peloton à l’endroit même où il écrasait tous ses concurrents en 2013. Si Chris Froome montre encore le maillot, c’est en queue de peloton. C’est déjà ça.


Histoire de l'équipe

La jeune formation a été confrontée à sa première affaire de dopage à la fin de la saison 2020. L'Union Cycliste Internationale (UCI) annonce en septembre que le Suisse Patrick Schelling est suspendu quatre mois pour une violation non intentionnelle des règles antidopage. L'affaire découle d'un résultat d'analyse anormal (RAA) pour la terbutaline dans un échantillon prélevé le 24 février 2020, pendant le Tour du Rwanda. Schelling est également disqualifié de tous les résultats en compétition obtenus au Tour du Rwanda. Privé d’équipe, il met prématurément fin à sa carrière.


Liste des affaires de l'équipe
Coureur Produit Course Date Sanction Contrôle
Schelling Patrick Terbutaline Tour du Rwanda 2020 Oui Contrôle positif

Pour voir plus d'informations sur l'équipe dans l'annuaire du dopage, cliquez ici

Les coureurs épinglés

Chris Froome est le seul, mais non des moindres, coureur épinglé dans notre annuaire du dopage.

Chris Froome


Le 13 décembre 2017, Le Monde et The Guardian révèlent un résultat de contrôle urinaire anormal pour Chris Froome. Son taux de Salbutamol est anormalement élevé (2000 nanogrammes par millilitre pour un maximum autorisé de 1000 nanogrammes par millilitre). L'information est confirmée dans la journée par l'UCI. Dans un communiqué, Froome apporte des explications : « Je souffre d'asthme depuis longtemps. Je connais parfaitement les règles. Durant la Vuelta, mon asthme s'est aggravé et j'ai augmenté ma dose de Salbutamol sur le conseil du docteur de l'équipe Sky. J'ai pris soin de veiller à ne pas dépasser les limites autorisées par l'UCI dans la prise de ce médicament. Je suis bien sûr prêt à me soumettre à toutes les demandes de l'UCI ». La formation britannique Sky envoie au charbon les meilleurs avocats et les meilleurs experts pour remettre en cause la fiabilité du contrôle. L’Agence Mondiale Antidopage dont le budget est limité tremble. L’affaire traîne. A quelques jours du départ de la Grande Boucle 2018, ASO s’inquiète car la présence de Chris Froome promet de polluer la fête de juillet. L’organisateur du Tour demande à la Sky de ne pas aligner le Kenyan. Finalement, l’AMA préfère baisser pavillon et blanchir le coureur. L’UCI entérine. ASO autorise Froome à mettre un dossard.

Quant à savoir si Chris Froome souffre toujours d’asthme et utilise toujours du Salbutamol, le coureur oppose une fin de non-recevoir :

Nous avons toutefois maintenu Chris Froome dans notre annuaire du dopage. Les différentes péripéties qui ont émaillé cette affaire sont détaillées sur son portrait.

Pour en savoir plus sur cette affaire, lire notre revue de presse.

Les dirigeants épinglés

Trois encadrants d’Israël - Premier Tech sont épinglés dans notre annuaire du dopage. Dès sa création, l’équipe n’a pas hésité à recruter du personnel au passé frelaté.

José Maria Moreno Ramirez

José Maria Moreno Ramirez est mécanicien dans l’équipe Israël - Premier Tech. En 1985, coureur, chez Dormilon, il est contrôlé positif à la noréphédrine pendant la Semaine Catalane. Il est simplement disqualifié.

Hubert Nowak

Hubert Nowak a été contrôlé positif au Stanozolol lors du Tour de Normandie 2003. Il court alors sous les couleurs de l’équipe Legia. Il est disqualifié, suspendu 8 mois et écope d’une amende de 300 Francs Suisses. Il est actuellement mécanicien.

Nicki Sorensen

Quand il passe professionnel en 1998 dans l’équipe Chicky World, Nicki Sorensen, le désormais directeur sportif d’Israël – Premier Tech est suivi comme plusieurs coureurs de l’équipe par le Dr Georges Mouton. Ce médecin, mis en cause en 2001, partisan déclaré du rééquilibrage hormonal, adepte de la DHEA, sera jugé en 2007. Au cours de la procédure, il apparait qu'il stockait des produits dopants dans sa cave et utilisait des codes pour faire référence à l'EPO et la DHEA. Le tribunal devra toutefois abandonner toutes les poursuites engagées contre lui considérant que le dossier repose sur les accusations d’un médecin qui aurait enfreint le secret médical.

En 2013, Mickael Rasmussen charge Nicki Sorensen. Le « Chicken » raconte que Sorensen était désespérément à la recherche d'EPO et d'hormones de croissance lors d'un stage d'avant-saison sur l'île de Majorque, en 2003. Il explique qu'ils sont allés tous les deux dans une pharmacie pour acheter ce dont ils avaient besoin et ajoute avoir vu Sorensen cacher ces produits illicites dans le jardin de sa maison en Toscane. Sorensen refuse de commenter.

En 2015, Sorensen reconnait finalement s'être dopé , tout du moins durant la première partie de sa carrière : « Je me suis dopé. Je le reconnais pleinement et entièrement. J'en suis attristé, et souhaiterais revenir en arrière pour annuler cela. (…) Cela s'est passé durant les premières années de ma carrière, il y a plus de 10 ans. C'était ma propre décision ». Il nie avoir été encouragé à se doper par son ancien manager, Bjarne Riis. Dans le rapport publié par l’Agence Danoise Antidopage, le coureur reconnait avoir utilisé de l’EPO et de la cortisone entre 1999 et 2003, après quoi il aurait arrêté, se contentant de Synachten avant l’épreuve sur route des Jeux Olympiques 2004.

Interrogé par cyclingweekly.com en juin 2020, il déclare : « Je sens que je peux montrer aux jeunes que [le dopage] n'est pas la voie à suivre ». Espérons.


Les coureurs flashés

Pour en savoir plus sur le calcul des Watts élaborée par Frédéric Portoleau et sur la méthode des radars proposée par Antoine Vayer, visitez les pages suivantes :

Chris Froome


Coureur moyen à ses débuts (et à sa fin ?), Chris Froome s’est révélé au Tour d’Espagne 2011 qu’il termine deuxième à la surprise générale. Alors équipier de Bradley Wiggins, il réussit un 407 Watts-Etalon (WE) de moyenne. C’est le début d’une irrésistible ascension : 415 WE au Tour 2012 et 411 WE et à la Vuelta 2012. Il gagne le Tour de France 2013 en se contentant de 412 WE. On se souvient de ses attaques délirantes dans le Ventoux où il écœure Nairo Quintana et Alberto Contador. A la Vuelta, l’année suivante, il lâche les watts : 423 WE. Par la suite, il dépasse la barre des 410 WE à cinq reprises.

Depuis l’année dernière, Chris Froome ne grimpe plus. Il est lâché. Comme à ses débuts.

Les dirigeants flashés

Pour en savoir plus sur le calcul des Watts élaborée par Frédéric Portoleau et sur la méthode des radars proposée par Antoine Vayer, visitez les pages suivantes :

Aucun membre de l'encadrement actuellement dans l'équipe Israel - Premier Tech n’a allumé les radars de Frédéric Portoleau et Antoine Vayer

.

Attitude vis-à-vis du MPCC

Le MPCC (Mouvement pour un cyclisme crédible) est une association créée en 2007 par des équipes cyclistes professionnelles dont le but est de défendre l'idée d'un cyclisme propre, en imposant le strict respect du code éthique de l’UCI et pouvant aller jusqu’à imposer des règles plus strictes que ne l’impose le Code Mondial Antidopage édicté par l’AMA. En plus des équipes, le MPCC offre la possibilité aux coureurs et membres de l’encadrement des équipes d’adhérer à titre individuel.

L’équipe a adhéré au Mouvement Pour un Cyclisme Crédible en 2017 mais aucun coureur n’y adhère à titre individuel. Côté encadrement, ils ne sont que trois dont le patron Kjell Carlström.


Liste des coureurs adhérents du MPCC
Liste des membres de l'encadrement adhérents du MPCC

ICCD : notre indice de confiance

Pour la saison 2022, nous attribuons à l'équipe la note de 12,8/20. Ceci la place en 20ème position sur 28.

L’équipe aux couleurs d’Israël obtient une note plutôt faible pour une jeune formation. Les choses s’amélioreront peut-être quand elle se débarrassera du sparadrap Froome.

Pour consulter l'article ICCD de l'équipe ISRAEL START-UP NATION en 2021, cliquez ici.