Dossier dopage



Effets des cétones sur les sportifs : jusqu'à 15% de gain


03/05/2019 - rtbf.be - RTBF avec Belga

Une étude de la KUL, l'université de Louvain, démontre que les cétones améliorent bien les performances d'un athlète, rapporte ce vendredi Sporza. Les cétones sont produites en petite quantité par le corps lors de la combustion des graisses et constituent une grosse source d'énergie. Les cétones sont déjà bien connues dans le milieu cycliste.

Dix-huit hommes entraînés ont été sélectionnés pour cette étude. Ils ont été répartis en deux groupes et ont suivi un exercice d'endurance pendant trois semaines. Neuf ont reçu une substance contenant des cétones et les neuf autres ont pris un placebo. Durant la troisième semaine, l'effort fourni par le groupe à la cétone, dans la dernière demi-heure de l'entraînement de deux heures, était 15% plus élevé. Un chiffre à prendre avec des pincettes.

De plus, la fréquence cardiaque maximale au sein du groupe au placebo avait baissé de 20 pulsations. Un des effets classiques lié à la fatigue est une fréquence cardiaque maximale ralentie. Au sein du groupe à la cétone, elle a diminué d'à peine 10 pulsations.

Professeur de biochimie à Oxford, Kieran Clarke a mis au point des produits contenant des cétones, pour le compte de l'armée américaine dans un premier temps. Des produits utilisés par une partie du peloton cycliste donc.

"Il s’agit d’un produit alimentaire, il n’y a rien de fautif"

Depuis janvier 2018, les boissons et autres produits contenant des cétones sont en vente libre, uniquement aux Etats-Unis et en grande quantité. Ils ne sont pas près de figurer sur la liste de produits dopants, estime le professeur Peter Van Eenoo, responsable du laboratoire antidopage de Gand. Pour être repris sur une telle liste, un produit doit améliorer les performances et développer des effets secondaires. Le premier point est prouvé, pas le second. (...)

"La commission médicale de l’Agence mondiale antidopage établit la liste des produits considérés comme dopants. L’évaluation est réalisée sur trois paramètres. On regarde d’abord sur la substance pour améliorer la performance. Dans ce cas-ci, le critère est rempli. Le deuxième critère, c’est de savoir si le produit est contre l’esprit du sport. Je ne pense pas qu’on le considère comme cela pour le moment. Enfin, on regarde si ça peut mener la personne à des problèmes de santé. Ce point-là n’est pas avéré non plus. Un seul point est rempli pour le moment, il en faut minimum deux pour aller plus loin. (...)

"Il s’agit d’un produit alimentaire, il n’y a rien de fautif pour le moment selon moi. Les équipes cherchent à améliorer les performances avec un meilleur entrainement et une meilleure alimentation. 15%, ça me parait énorme. Il faut toujours faire preuve de prudence avec les chiffres. Quand on regarde la performance de Victor Campenaerts, on voit que les vêtements et la préparation sont aussi importants. Ca prouve que quelques équipes travaillent mieux que les autres et que certains sont toujours un peu derrière, sans citer de noms", a lui expliqué Tom Van Damme, président de la Fédération belge de cyclisme.


Lire l'article en entier



Sur le même sujet


Cette page a été mise en ligne le 16/07/2019