Dossier dopage



Qui pousse au dopage ?

21/01/2004 - nouvelobs.com - Propos recueillis par Jérôme Hourdeaux

Interview d'Erir Maitrot qui a obtenu le prix Sport Scriptum 2003, remis par l'Union syndicale des journalistes sportifs de France, pour son livre "Les candales du sport contaminé : Enquête sur les coulisses du dopage" (éd. Flammarion, 2003)

Extraits

(...)

Nouvel Observateur : Qui pousse au dopage, les sponsors, sous la pression des médias ou non, les entraîneurs ou les joueurs eux-mêmes ?

Eric Maitrot : - C'est un peu un mélange de tout ça. L'ambition de chacun pousse un peu tout le monde. Si l'ensemble du monde sportif n'avait pas une part de responsabilité, on n'en serait pas là aujourd'hui. Le problème de fond, c'est qu'à partir du moment où l'on est sportif professionnel, le but est d'être le meilleur. Mais un premier, il ne peut, par définition, n'y en avoir qu'un. Et vu que dans le système actuel, chacun pense que son voisin est dopé, tout le monde se dope pour être sûr de ne pas être handicapé. En résumé, le dopage entraîne le dopage. L'un des grands sujets de discussion des sportifs de haut niveau est d'ailleurs de savoir ce que prend le voisin.

Les enjeux financiers sont également des éléments très importants. Afin de rentabiliser les sports, les dirigeants ont doublé, voir triplé, le nombre de compétitions depuis 20 ans, ce qui a permis de multiplier les ventes de droits de retransmission télévisée. Mais les sportifs, eux, sont obligés de suivre, et ils en arrivent à être contraints de refuser la méforme ou la blessure.

C'est là qu'il y a danger et que l'on peut en arriver à des drames comme celui qui a frappé Marc-Vivien Foé qui, pour moi, est mort de surmédicalisation. A force de repousser les limites, les sportifs en arrivent au point de rupture.

(...)

Lire l'article en entier
Consulter l'annuaire des coureurs morts prématurément