Actualité du dopage



Razzia stupéfiante en Italie

28/05/2004 - Libération - Eric JOZSEF

Extraits

«Nous avons trouvé de tout.» Testostérone, hormone de croissance, EPO, poches de sang pour l'hémotransfusion ou encore substances dopantes pour chevaux... Mercredi après-midi, Stefano Ortolani, colonel de la brigade des stupéfiants, a confirmé que la pêche aux produits illicites a été tristement bonne. Lancée parallèlement dans 29 provinces italiennes, l'opération, baptisée «Oil for Drug», a permis la mise en examen de 138 personnes, principalement dans le milieu du cyclisme.

Comme en 2001 à San Remo, les carabiniers ont aussi frappé, mercredi, à l'aube, à la porte de plusieurs équipes du Giro. A Brunico, où le Tour d'Italie faisait étape, les enquêteurs ont perquisitionné les chambres d'Alessio Galletti et Mario Scirea (Domina Vacanze), Fabio Sacchi (Fassa Bortolo), Ruggero Marzoli (Acqua e Sapone), Giuseppe Muraglia (Formaggi Pinzolo), Simone Masciarelli (Vini Caldirola), Eddy Mazzoleni et Alessandro Spezialetti (Saeco) (...). «Sur le Giro, nous n'avons rien trouvé, a précisé le colonel Ortolani, mais les perquisitions étaient nécessaires. Nous étions arrivés à un tel point dans les enquêtes que nous devions intervenir. (...) Et d'insister : «Ces perquisitions rentrent dans le cadre d'une enquête en cours depuis juin 2003.»

Cette spectaculaire opération, qui a aussi concerné le champion du monde de saut à la perche Giuseppe Gibilisco (...) a débuté à la suite de la mort, l'an dernier, d'un cycliste amateur originaire de Florence. «Une mort suspecte, selon Ortolani, la victime, âgée de 45 ans, ne présentait aucune pathologie particulière. C'est pourquoi nous avons décidé d'enquêter à fond en prenant en considération d'autres situations étranges.» La justice italienne a demandé l'exhumation du corps.

(...) En quelques mois, les investigations et de multiples écoutes téléphoniques ont permis de mettre au jour un véritable système organisé du dopage («une organisation criminelle», selon les policiers) tant au niveau professionnel qu'amateur. Outre les quinze cyclistes professionnels et les sept athlètes de haut niveau, 77 cyclistes amateurs, deux médecins, neuf infirmiers et autant de directeurs sportifs d'équipes cyclistes amateurs ont été mis en examen. L'un des principaux suspects, le docteur Carlo Santuccione, ancien préparateur athlétique du cycliste Rodolfo Massi, avait déjà été inculpé dans le passé aux côtés du sulfureux professeur Francesco Conconi, spécialiste entre autres de l'hémotransfusion.

Trois pharmacies, désignées comme des «supermarchés du dopage», qui servaient de lieu de ravitaillement, et quatre hôpitaux ont été perquisitionnés. De même que le parquet antidopage, l'Institut de la science du sport du Comité olympique italien et la Fédération cycliste italienne, dont un conseiller figure sur la liste des suspects. Stefano Ortolani a déjà averti : «Notre enquête est loin d'être terminée.»


Lire l'article en entier